Home     Artists     Contact
 
 
 

Back to artist

 
Reviews FRANK BRALEY
 

Classica Mars 2019 : Un trio clair et net
Un entente musicale parfaite pour ces trois interprètes complices et complémentaires.
…Pascale Morguès, Frank Braley et Christian Poltéra répondent à l’interrogation en offrant de ces pages une lecture exceptionelle reposant sur une maturité bonifiée par le temps et l’experience, des moyens rares et une vision commune.
A l’opposé de tout empâtement ou de toute virtuosité gratuite, voici une version rêvée, équilibrée, retenue, tantôt intime, onirique, chatoyante ou enjouée, au propos clair et au déroulement limpide. En parfaite osmose, partageant un sens commun de l’écoute sans jamais s’imposer au détriment des autres, complémentaires par leurs instruments et leur sensibilité, les interprètes apparaissent en pleine possession de leures moyens, livrant à foison couleurs, intentions et caractères. Des moments de grâce apparaissent dans chaque œuvre, de l’Adagio du Trio à l’Allegro de la Sonate nr1. Pascal Gresset

Resmusica 18/01/2019: CD Brahms
…..Ce bel album présente trois œuvres de Johannes Brahms, monuments incontournables du répertoire de la clarinette, portées à leur quintessence par Pascal Moraguès, Frank Braley et Christian Poltéra dans une interprétation exemplaire, typiquement brahmsienne, mêlant intimement passion et nostalgie.
Dans le Trio op. 114, Brahms fait appel à trois familles différentes d’instruments dont les timbres s’accordent parfaitement dans un subtil équilibre. La sonorité moirée, élégiaque, épique ou nostalgique de la clarinette de Pascal Moraguès répondant aux accents sombres, lyriques et mystérieux du violoncelle de Christian Poltéra, soutenu par le piano plus discret de Frank Braley. Si l’Allegro initial s’appuie sur un dialogue enflammé, l’Adagio, sans pathos excessif, sait se montrer plus mystérieux et rêveur, parfois inquiet, tandis que l’Andantino laisse place à un rythme plus dansant de valse avant l’Allegro final de conclure sur une dynamique plus engagée, lyrique et passionnée. Patrice Imbaud- Article

Pizzicato.lu 11/12/2018 : CD Brahms und die Klarinette
…Der Musik des Trios ist eine besinnliche, wenn nicht resignierte ‘Herbststimmung’ eigen, die in den vorliegenden Aufnahmen sehr gut zum Ausdruck kommt. Neben der Nachdenklichkeit gibt es darin aber zugleich auch viel Anmut und Wärme, nicht nur in der Klarinette, sondern auch in den Instrumenten der kongenial zusammen mit Moraguès musizierenden Braley und Poltéra.
With his expressive and warm playing clarinetist Pascal Moraguès is an excellent performer for this all-Brahms program, and he is very well supported by his partners Christian Poltéra and Frank Braley. Norbert Tischer - Article

Artsrtlettres.com 7/12/2018 : A Flagey, un festival en décembre
…C’est Frank Braley qui sera le pianiste et le chef d’orchestre du Concerto pour piano no 9 en mi bémol majeur, dit Jeune homme, K. 271.Tout de suite les tonalités lutines et farceuses parcourent l’ensemble. Il sculpte les courbes avec panache, entretient les trilles comme s’il jardinait une vigne sacrée. A moins que ce ne soit son feu sacré qui multiplie les flammes comme feux follets en liberté. Dans sa cadence il  se plaît à alterner questions lourdes et réponses joyeuses. Les sombres cordes de l’Andantino se chargent de douleur intense, aussitôt magnifiées   en forme d’offrande par le clavier  hypersensible de Frank Braley. Dès que le soleil se lève sur les cordes, le pianiste regorge de bienveillance, l’espoir se ranime. Et l’orchestre respire. Les jeux d’échos pulsatiles entre le pianiste et l’ensemble vibrent  avec émotion. La nouvelle cadence se charge d’interrogations poignantes.  Au cœur de l’humilité extrême, un  cœur d’artiste bat et vit. Les contrastes orchestraux reflètent le doute aussitôt  balayé par les thèmes ressuscités avec brio par les trilles éblouissants et légers du soliste. Un bain de bonheur  et de nouveauté que ce concerto pourtant entendu mille fois! Dominique-Hélène Lemaire - Article

 


 

 

 

top