Home     Artists    Contact
WEINSTADT ARTISTS MANAGEMENT
 
 

Back to artist

 
Review LE CONCERT DE LA LOGE
 

Le Devoir 26/06/2020 : CD Antonio Vivaldi, Julien Chauvin, Le Concert de la Loge
…Julien Chauvin y œuvre comme soliste et chef. Le programme présente, sous l’égide de l’éloquence théâtrale vivaldienne les Concertos RV 187, 217, 235, 321, 366, 387. Tout y est superbe, vif et radieux Christophe Huss - Article

Musicweb-international June 2020 : CD Vivaldi - Concerti per violino VIII ‘Il teatro'
….The aim was to revisit the memory of the famous Concert de la Loge Olympique which flourished in Paris during the 1780s, was renowned as the best orchestra in the world, …There is no mystery at all about Le Concert de la Loge following in the footsteps of their predecessors by producing playing which is both spectacular and flamboyant. Egged on by Chauvin, who is clearly a remarkably extrovert player, the orchestra bring these six concertos vividly to life through some gloriously exuberant and theatrical gestures.
D major Concerto -… after a typically sequence-laden opening, sees Chauvin burst in with great dramatic flair and tossing off great showers of notes as if waving a glittering magician’s cloak over the proceedings. The music is full of ideas which suddenly break off and violently change direction. Vivaldi certainly has given huge opportunities to imaginative and capable players to draw marvellous things from his music, and it is to this ensemble’s eternal credit that they have collectively grasped all of these and run with them in the most gloriously invigorating manner. Marc Rochester – Review in full

ClassicsToday 5/07/2020 : Another Vivaldi Edition Violin Concerto Must-Have
Artistic Quality: 10 - Sound Quality: 9
…Julien Chauvin and Le Concert de la Loge meanwhile don’t fall into the “pretty-trap”. For all their beauty of execution, they play the dickens out of these works and it remains enjoyable and interesting after playing the disc on loop for days.
Not even Viktoria Mullova with Giovanni Antonini match Chauvin & Co.’s energetic and bristling–yet always still elegant–performance in the Gallant-virtuosic curtain-raiser of a concerto RV 187. Nor does anyone else in RV 366, the “Il Carbonelli” concerto with its Four Seasons-referencing Adagio. Despite there being no sense of one-upmanship (no sense of “faster-wilder-crazier” for its own sake), the five-year-old French orchestra makes Vivaldi come as vividly to life as can be imagined. A must-have Vivaldi recording. Jens F. Laurson – Review in full

Diapason Avril 2020 : Nouveauté – CD Vivaldi Concertos pour violon
….La concurrence est rude. Julien Chauvin se frotte à Carmignola ( et Amandine Beyer dans le RV 235) pour les œuvres tardives et à Guglielmo pour les autres. Mais pas d’inquiétude.
Ce nouveau venu dans le monde du Vénitien a l’étoffe des meilleurs. Son violon fin et racé avale les difficultés technique innombrables avec précision, et surtout un naturel jamais forcé : solaire et expressif en fait. …Julien Chauvin vise, lui, l’équilibre. Le Concert de la Loge le suit volontiers dans cette approche. La dynamique est toujours intéressante avec de jolies ponctuations et une réactivité opportune aux digressions solistes. Certes, une réverbération généreuse enveloppe ce tableau idyllique et jette notamment un voile sur les mouvements lents (RV 187, 217, 321), comme sur l’entrée Allegro du RV 366. Pas au point d’empêcher l’or de briller sur ce superbe album. Roger-Claude Travers

ConcertClassic 7/04/2020: Le Disque de la semaine – Vivaldi par Julien Chauvin et Le Concert de la Loge (Vivaldi Edition – vol 63/Naïve)
Quelle belle surprise ! On connaît mieux Julien Chauvin en Konzertmeister du Concert de la Loge que dans le rôle de soliste au côté de l’ensemble qu’il a fondé et placé en peu de temps parmi les plus remarquables du genre
… La manière lumineuse et piaffante avec laquelle le soliste attaque l’Allegro initial du Concerto en ut majeur RV 187 donne le ton d’un album qui fait figure de rayon de soleil et de bouffée d’air frais…
…Sur un magnifique Guarneri de 1721, l’archet de Julien Chauvin parvient à extraire tout le suc des partitions, avec une pureté de ligne et une qualité d’intonation qui rappellent à quel instrumentiste on a affaire. D’un bout à l’autre de l’enregistrement, l’énergie vitaminée du propos – dépourvu de toute brusquerie cependant – émerveille, comme la diversité des éclairages et des couleurs. Ivresse virtuose ici, envoûtant lyrisme là, partout l’intensité et la complicité de l’échange entre le soliste et ses musiciens visent un seule et unique cible : la poésie. Le VIIIe volume des concerti per violino de l’Edition Vivaldi et, sans l’ombre d’une hésitation, l’un des plus aboutis ! Alain Cochard - Article

Resmusica 17/01/2020 : Un double anniversaire entre salon et concert par le Concert de la Loge
…Reicha y propose de subtils dialogues entre cordes et vents, avec de superbes interventions de la clarinette, ici magnifiquement tenue par Toni Salar-Verdù, avec de belles associations de timbres entre hautbois et alto ou cor et violoncelle et une dominante remarquable du violon solo de Julien Chauvin. La richesse thématique de l’ouvrage requiert une virtuosité de tous les instants où les instrumentistes du Concert de la Loge brillent merveilleusement.
Septuor pour cordes et vents en mi bémol majeur op. 20 de Beethoven - … La partie de violon, composée à l’attention d’Ignaz Schuppanzig, qui créa nombre de ses quatuors, est d’une exigeante virtuosité. La clarinette de Toni Salar-Verdù y fait à nouveau merveille et l’on se régale des interventions du cor très présent, particulièrement dans le finale, de Nicolas Chedmail. Comme dans la Symphonie de salon de Reicha, on apprécie vivement la puissance, la verdeur et la pertinence des instruments du Concert de la Loge.   Alain Huc de Vaubert - Article

Notulae.fr 5/01/2020 : CD Beethoven et Reicha par Le Concert de la Loge
…Jusqu’à présent, le Concert de la Loge était un orchestre remarqué pour son intelligente intégrale en cours des Symphonies parisiennes. Avec ce disque, Julien Chauvin et ses amis nous montrent qu’ils ont plus d’une corde à leur arc (olympique, forcément) en abordant un répertoire où on ne les attendait pas. Le résultat est heureux et convaincant, offrant un moment de musique en tout point généreux. Les musiciens déploient des trésors d’énergie et de complicité pour rendre justice à Beethoven et Reicha, et s’ils ne parviennent pas toujours à sauver l’œuvre du Parisien d’adoption de quelques facilités, celle de son camarade viennois affiche en revanche une ligne et un galbe superbes. Maîtres de leurs moyens, les interprètes mettent la saveur et la couleur des instruments anciens, utilisés sans dogmatisme ni raideur, au service de l’expression. On goûte la finesse dans la recherche des nuances, la délicatesse gourmande comme la subtile astringence des timbres, le rebond sans manière, l’énergie sans brusquerie. L’équilibre entre les effectifs chambristes et les ambitions orchestrales s’établit avec naturel, sans qu’aucune des parties ne donne le sentiment de se contraindre ou de se surexposer ; tous prennent le temps de dialoguer, de sourire, de chanter. Jean-Christophe Pucek - Article

OpusKlassiek December 2019 : Symponies de Salon
…dit album is een voltreffer van de bovenste plank.  …Le Concert de la Loge speelt beide werken fenomenaal, met veel fleur en kleur, esprit en waar nodig Sturm und Drang. Het is en blijft een kunst op zich: uit een werk als dat van Reicha niet alleen het beste te halen, maar om het boven zichzelf uit te tillen. Het is een prestatie van de bovenste plank en daarmee is het, samen met de briljante uitvoering van het Septet, een geweldig album geworden. De opname stelt niet alleen de strijkers, maar ook de houtblazers en de hoorn in het best denkbare daglicht. In een woord subliem! Aart van der Wal - Recensie

Classiquehd.fr 8/11/2019 : CD Reicha, Beethoven – Symphonies de salon
….L’interprétation de ces deux œuvres est bourrée d’énergie et le style nouveau recherché par les deux compositeurs fait un bien fou dans l’écoute de la musique classique. … Le jeu est en tout-point excellent, tous les timbres résonnent merveilleusement bien et chaque instrument à une portée alléchante dans cette orchestration qui est emmenée par le grand Julien Chauvin. Rien n’est laissé au hasard dans cette production, c’est vraiment la grande classe à la française ! On en redemande... Article

Classiquenews 17/10/2019 : CD Haydn : Symphonie n°86. Airs d’opéras…
Peu à peu, Le Concert de La Loge édifie une intégrale des 6 symphonies parisiennes de Haydn, sommet de l’éloquence et de l’élégance orchestrale viennoise et pour le collectif français fondé par le violoniste Julien Chauvin, une nouvelle preuve de l’apport inestimable des instruments anciens dans notre connaissance (régénérée) de la symphonie classique au XVIIIè. …
Le chef soigne l’élément phare de l’opus : sa vigueur ; comme ses surprises (le second motif à la place du premier, dans la réexposition du Vivace initial). Les instrumentistes font valoir leur grande homogénéité sonore et expressive, en particulier dans l’Adagio (ré mineur) au parcours rhapsodique d’une irrésistible profondeur. Tandis que le nerf et une caractérisation roborative animent le Menuet et le Vivace final.
Pour contextualiser son approche, Julien Chauvin ajoute aussi plusieurs airs d’opéras peu connus  ….. Ici, l’invitée, la soprano Sophie Karthäuser incarne les héroïnes tragiques et amoureuses avec un nerf articulé, qui suit en complicité cette caractérisation inestimable propre aux instruments d’époque. .. A suivre. Lucas Irom - Article

Olyrix.com 11/10/2019 : L'Opéra des Lumières au Louvre
Très attendus, Julien Chauvin et le Concert de la Loge reviennent à l'Auditorium du Louvre avec un programme orchestré autour de la symphonie n° 84 de Haydn. La soprano belge Sophie Karthäuser offre un choix d'airs d’opéras en vogue à la fin de l'Ancien Régime, de Gluck à Sacchini. …. Le Concert de la Loge est dirigé avec autant de précision que de fougue par Julien Chauvin qui révèle, voire réinvente la richesse instrumentale de cette partition ….
Mozartienne d'ailleurs férue de Haydn, Sophie Karthäuser est en pays de connaissance. La soprano d'origine belge sait imposer une interprétation pleine de finesse, à la ligne vocale bien articulée. Sa musicalité lui permet d'être en osmose avec l'orchestre, et donc en place sur le plan rythmique. Sa voix au timbre chaud renonce souvent à chanter fortissimo au profit d'une puissance expressive pleine de souplesse. Le public sent son engagement total et toujours subtil : elle se garde de pousser chaque détail à son paroxysme tout en conservant une profondeur impressionnante, …. Par ses applaudissements, le public juge réussi le pari de Julien Chauvin : il parvient à passionner des auditeurs peu familiers de cette symphonie et de ces airs méconnus malgré leurs échappées de vues vers le romantisme. Son interprétation alliée au sens dramaturgique et au brio de Sophie Karthäuser, n'est jamais gourmée : un modèle de vivacité naturelle et d'esprit. Claire de Oliveira - Article

OpusKlassiek Oktober 2019: CD Haydn L'Impatiente
…Onweerstaanbaar spiritueel is ook het overige programma, zowel wat het vocale als het instrumentale aandeel betreft. Karthäuser heeft alles in huis om deze Franse aria's een verbeeldingsvolle, expressieve stem mee te geven, vervuld van grote vocale souplesse en een volmaakte tekstbeheersing, ondersteund door een ensemble dat deze stukken eveneens op het lijf geschreven lijkt. De opname is verbazingwekkend goed.   Aart van der Wal - Artikel

Resmusica 15/10/2019 : Symphonies Parisiennes de Haydn, Quatrième volet pour le Concert De La Loge
Sous le label Aparté, le quatrième volet des symphonies parisiennes est encore une belle étape sur le chemin du Concert de la Loge qui a entrepris d’enregistrer l’intégrale de ces six symphonies qui marqueront de nouveau leur histoire.
…La constance est aussi le maître mot de Julien Chauvin et de son Concert de la Loge, musiciens sur instruments d’époque qui ne manquent ni de dynamisme, ni de cohésion collective, ni d’une précision de jeu et de vigueur, et cela encore une fois dans cette nouvelle parution discographique. La lecture est marquée par une élégance, une brillance et un charme qui séduit dès la première écoute, …Charlotte Saulneron - Article

Opus Klassiek Augustus 2019 : CD Haydn - Si j'ai aimé met  Sandrine Piau
…In de hoofdrol Sandrine Piau, de Franse sopraan die excelleert in onder meer het barokrepertoire. …Daarvan legt ze ook op dit nieuwe album met grote verbeeldings- en overtuigingskracht volop getuige af. Volmaakte dictie, plastische fraseringen, de maatstreep niet als hoogste gebod: het is een liedrecital van uitzonderlijke klasse. Zoals ik ook net zo geporteerd ben van het begeleidende Le Concert de la Loge onder leiding van Julien Chauvin. Hoe luxueus kun je het als vocaliste hebben! Het op historische instrumenten spelende ensemble weet ook in dit kleurrijke palet van veelal pastorale (blazers!)tinten (ja, het gaat bijna voortdurend over de liefde!) meesterlijk te treffen. Het betoverende karakter van deze ‘mélodies' wordt nog eens onderstreept door de lome, zonovergoten, landelijke sfeer en het onnavolgbare 'l'air parfumé' dat door deze miniaturen wordt opgeroepen. Maar ook de sterren, de wateren, de bossen, hoe romantisch dichtbij kunnen ze zijn. Aart van der Wal - Artikel

Resmusica 31/07/2019: L’Amour de concert pour Sandrine Piau et Le Concert de la Loge
…La véritable satisfaction de ce disque reste l’interprétation foisonnante en couleurs et en sensibilité du Concert de la Loge mené d’une main de maître par le violentste Julien Chauvin. Si la prise de son les dessert en les positionnant au second plan, c’est bien l’intensité de chaque teinte orchestrale sur instruments d’époque qui est la plus savoureuse, notamment dans les œuvres instrumentales de Gabriel Pierné (Chanson d’autrefois), Henri Duparc (Aux étoiles), la Valse très lente de Massenet initialement pour piano, ou la Symphonie Gothique de Godard, magnifiant les amours vivaces de ce romantisme « de concert ». Charlotte Saulneron - Article

Resmusica 21/06/2019 : Cours et Chapelles d’Europe à Saint-Michel en Thiérache
Concert de la Loge - Karina Gauvin
Le dernier concert de la journée, vers la fin d’après-midi, s’annonçait étonnant avec le titre de « Vent de folie ». Le Concert de la Loge que dirige du violon Julien Chauvin accueille la soprano Karina Gauvin. Le programme basé sur cette thématique parfois explosive débute théâtralement avec un air allemand de Reinhard Keiser suivi d’une pièce virtuose et bondissante de Christoph Graupner tirée de son opéra Didon. Après ces premières démonstrations de folie, un concerto pour violon de Vivaldi exposé avec beaucoup d’énergie et de liberté de gestes nous amène naturellement par une parenté de style à Haendel, avec une chaconne et un air d’Almira dans lequel s’instaure un agréable duo entre la voix et le hautbois. La première partie s’achève avec le célèbre air du Rinaldo de Haendel « Furie terribile » le bien nommé ou Karina Gauvin, soutenue par un orchestre volcanique, donne un grand moment d’opéra baroque,…Frédéric Muñoz - Article

The Classic Review 18/06/2019 : CD “Si J’ai Aimé” – Le Concert De La Loge & Sandrine Piau, Soprano
This album is programmed around the French Melodie, which in the late romantic nineteenth-century found its way from the private homes of modest voices and piano accompaniments to the larger concert halls, with small-sized orchestral accompaniment.
Sandrine Piau, with her deep, often mellow voice, is perfectly suited for this repertoire… She is accompanied by the period forces of Le Concert De La Loge under their leader player Julien Chauvin. …. Their performances are delicate yet colorful, allowing Piau to sing naturally without being overwhelmed by large forces of a symphonic ensemble. The group also give short instrumental refreshments in-between melodies, delightfully played. Tal Agam -  Review in full

Concerti.de 9/05/2019: CD si J’ai aimé - Schillernd und erotisierend
…Sandrine Piau und das Ensemble „Le concert de la loge“ unter Julien Chauvin erschließen ein schillerndes, erotisierendes, melancholisches Paradies: Diese lange vergessenen Mélodies mit Kammerorchester sind fast noch schöner als groß dimensionierte französische Opern. ... Die sensibel auf Licht und sanfteste Nuancen reagierenden Musiker von „Le Concert de la Loge“ legen es überdies darauf an, fast jede Phrase als eigenes kleines Universum zu gestalten. Roland H. Dippel - Resenzion

Resmusica 11/12/2018: Avec Le Concert de la loge, Un ours bien léché
…Selon son étude du manuscrit autographe de Haydn de 1787 conservé à la Bibliothèque nationale de France, qui ne comporte que des parties séparées de cor, Julien Chauvin a choisi de ne pas utiliser de trompettes, mais il conserve les timbales. Il en résulte une couleur changée, moins guerrière, moins brillante, qui devient plus dramatique. Le moins que l’on puisse dire c’est que, fidèle à son usage, le Concert de la Loge adopte des tempos très vifs et une rythmique survitaminée qui accentuent le côté joyeux et pittoresque de la symphonie et le caractère aimable que l’on sait de Haydn.
…Enregistrée pour la première fois, la Symphonie concertante n° 4 pour flûte, hautbois, basson et cor de François Devienne présente une qualité musicale supérieure, avec les mêmes instruments solistes que la Symphonie concertante pour instruments à vent K 297b de Mozart. Ils dialoguent joyeusement dans l’allegro initial, tandis qu’ils rivalisent de virtuosité dans le second mouvement Gracioso con variazioni. Alain Huc de Vaubert - Article

Telerama 16/10/2018: CD Haydn -  L’Ours
…les interprètes s’en (et nous en) régalent, sans trompettes mais avec force timbales. Et quelle formidable entrée en matière, pour la symphonie comme pour le disque, que ce premier mouvement vivace aux allures d’ouverture d’opéra !
A cet Ours débordant de bonne humeur, le Concert de la Loge associe deux œuvres de la même époque. Un vent révolutionnaire souffle sur la succulente Symphonie concertante mêlée d’airs patriotiques pour deux violons principaux, de Jean-Baptiste Davaux … La fin de l’album appartient au flûtiste et bassoniste François Devienne -… Symphonie concertante nº 4 pour flûte, hautbois, basson et cor, où les quatre solistes (Tami Krausz, Emma Black, Javier Zafra et Nicolas Chedmail) s’offrent des tours de piste individuels chaleureusement applaudis.  Sophie Bourdais - Article

Musikzen 12/10/2018: Haydn dans son temps - Un Ours à la rusticité de bon aloibonheur assuré - CD Haydn – L’Ours
…L’atmosphère globale de cette interprétation est, d’ailleurs, marquée au sceau de la rigueur avant que le dernier mouvement, la contredanse qui a donné son nom à l’œuvre, ne vienne conclure brillamment de façon étourdissante. Comme précédemment, Julien Chauvin complète intelligemment le programme avec d’autres œuvres de la même époque : … de François Devienne, la Symphonie concertante n°4, dont les variations, avec applaudissements après chacune d’elles comme ça se faisait au XVIIIème, constituent un morceau de bravoure.  Gérard Pangon - Article

Olyrix.com 15/12/2017 : Antonacci et Le Concert de la Loge impressionnent le Musée d'Orsay
Anna Caterina Antonacci et Le Concert de la Loge offrent leur intensité musicale sur un programme en deux parties extrêmement distinctes : de grands airs d'opéra classiques composés par Gluck et l'impressionniste "Poème de l'amour et de la mer" par Ernest Chausson.…Toutefois, dans l'Auditorium aussi il y a du vent : un beau pupitre de cinq bois qui se marient aux cinq autres instruments à cordes du Concert de la Loge dirigé depuis son violon par Julien Chauvin. Les instruments d'époque offrent de beaux élans allants, dès Don Juan, le premier morceau de Gluck au programme.
….Le Concert de la Loge offre alors une nouvelle occasion d'apprécier ses talents purement instrumentaux. Le Ballet des ombres heureuses d'Orphée et Eurydice répand une berceuse délicate, toute la chaleur du souffle et la douceur des crins d'archet appréciés tout au long d'un tempo très à l'aise mais nourri. Anna Caterina Antonacci revient alors pour un sommet du répertoire lyrique : "Divinités du Styx" tiré d'Alceste. Les cordes jouent très près de la touche, sur des demi-archets très inclinés. Le contact ainsi réduit entre le crin et les cordes, éloigné en outre des ouïes qui déploient la résonance, a pour effet d'offrir un son direct sur lequel s'appuient fort bien les accents de la soprano italienne. La pompe des bois figure presque les cuivres absents et contribue à porter Antonacci jusqu'aux aigus et aux bravi. Charles Arden - Article

Resmusica 11/11/2017 : Avec Le Concert de la Loge , une poule mutine
On sait que malgré leur classicisme, il est toujours difficile pour un orchestre de mettre en place une symphonie de Haydn, tant l’aimable Joseph est facétieux dans son écriture, avec une rythmique implacable. Le Concert de la Loge s’en joue avec maestria et se délecte des caquètements du hautbois sur des volutes de cordes dans l’Allegro spiritoso initial, qui a valu à l’ouvrage son surnom « La Poule » au XIXe siècle. Avec des attaques acérées, des contrastes soulignés, un tempo vif conservant la lisibilité polyphonique, Julien Chauvin donne une lecture jubilatoire de ce petit bijou humoristique.
Concerto pour piano N° 17 K 453 de Mozart - …Sous les doigts du jeune Justin Taylor, le pianoforte de la collection du CNSM de Paris s’intègre parfaitement dans le discours de l’orchestre et tient la conversation avec les différents pupitres…. l’orchestre cultive avec bonheur son sens de la dynamique.  Alain Huc de Vaubert - Article

Froggydelight.com Octobre 2017 : Le concert de la loge - Haydn - La Poule - Mozart - Guénin  (Aparté Music)
L’orchestre et Justin Taylor sont éblouissants. Julien Chauvin imprime un phrasé raffiné et magnifie les contrastes par une superbe interprétation. Et puis il y a ce choix d’enregistrement avec de l’ampleur, de la résonnance et de la rondeur et quel immense plaisir d’entendre les respirations de Julien Chauvin et des musiciens. Un must have.  Jérôme Gillet - Article

Concertclassic.com 26/09/2017 : Haydn, Mozart et Guénin par Le Concert de la Loge (dir. Julien Chauvin ; Justin Taylor, pianoforte) – Le Disque de la Semaine
On guettait avec impatience l’arrivée du volume II de l’intégrale des « Symphonies parisiennes » de Haydn par le Concert de la Loge. Le voici enfin ! Après une première – et magnifique – galette(1) construite autour de la Symphonie n° 85 « La Reine », Julien Chauvin et ses troupes poursuivent leur intégrale des «Parisiennes » avec la Symphonie n° 83  « La Poule »
Haydn : Symphonie "La Poule" - ….Une fois de plus, l’intelligence stylistique du Concert de la Loge n’est pas une fin en soi mais constitue la clef d’une approche vivante et profondément humaine de la musique de Haydn, menée avec autant de mordant que d’humour, d’énergie que de sens théâtral, ici souriant, là bien plus dramatique. Du côté des cordes, d’une remarquable plénitude, comme des vents, toujours aussi parfaits d’intonation et fruités, Julien Chauvin et ses musiciens se montrent dignes de l'empreinte laissée par Le Concert de la Loge Olympique dans l’histoire de la vie musicale parisienne. Alain Cochard - Article

ClassiqueNews 24/07/2017 :  Haydn, Devienne…Le Concert de la Loge. Julien Chauvin, direction
Chaque concert de Julien Chauvin et de ses musiciens du Concert de la Loge et du Quatuor Cambini construit un véritable manifeste pour créer un lien direct avec le public et que le “concert” soit un rendez-vous du XXIème siècle tout comme il l’a été au XVIIIème et au XIXème siècles. Ce lien social entre la scène et La Salle et parmi le public rend le concert beaucoup plus vivant et est inoubliable par sa durée dans le temps.
…Magnifique programme qui a été interprété avec un véritable enthousiasme contagieux. Les partis pris ont été justes et originaux, l’orchestre d’un équilibre de couleurs et d’une Maîtrise sans faille. Nous retrouvons aussi dans le Haydn et Le Devienne une réelle incarnation sonore, une pâte qui surprend, séduit et rend gourmand de cette musique brillante.
…La Symphonie de Haydn et Le Quatuor de Beethoven sont exécutés avec une fantastique maitrise du style, un éveil des beautés cachées de ces deux chefs d’œuvre. Nous attendons avec impatience que “l’Ours” vienne hanter nos oreilles dans une future intégrale.
D’ici là, nous parions que Julien Chauvin et son fabuleux Concert de la Loge ont réussi olympiquement à réinventer le concert et qu’ils pourront l’ancrer à tout jamais dans la pratique quotidienne de notre société. Pedro oOtavio Diaz - Article

Concertonet 23/07/2017 : Révolution française
…Le Concert de la Loge procède donc de la sorte avec la Quatre-vingt deuxième Symphonie «L’Ours» (1786) de Haydn : la formation joue pour commencer la première moitié, puis finit la soirée avec la seconde ; exécution franche et carrée, vigoureuse et structurée, jouant volontiers sur les sonorités, surtout dans le Finale, particulièrement évocateur. La sonorité paraît sèche au premier abord, mais les pupitres affichent une allégresse et un tempérament réjouissants, ce qui confère de la fraîcheur et du caractère à cette œuvre inventive et pétulante. Sébastien Foucart - Article

Resmusica 22/10/2016: Le Concert de la Loge, équipe olympique
…le premier enregistrement de Julien Chauvin et de son nouvel ensemble Le Concert de la Loge. Accompagnés par Sandrine Piau,  c’est avec brio que ces musiciens sur instruments d’époque et leur directeur musical font perdurer le prestige de cet orchestre parisien de la fin de l’Ancien Régime. ... Le Concert de la Loge pétille en toute élégance sous la direction précise de Julien Chauvin.
H-J Rigel Symphonie n°4 en ut mineurop. 12 - …., ce qui permet surtout de démontrer les grandes qualités expressives de cet ensemble. La variété des couleurs et des dynamiques rend cette musique mordante, nerveuse, frénétique et charme l’oreille dès les premières mesures.
Dans le premier enregistrement mondial de cette œuvre, la soprano (Sandrine Piau), enlacée langoureusement par les hautbois et bassons obligés, offre de sublimes sons filés comme des notes tenues nues de tout vibrato. L’enchantement s’opère également dans son second air Semplicetto, ancor non sai de J.C. Bach. Cet extrait d’Endimione débute par un superbe solo de flûte exécuté par Tami Krausz et se déploie par le biais d’un orchestre dynamique, coloré et brillant, nous illustrant ainsi, qu’autant collectivement qu’individuellement, Le Concert de la Loge rayonne.
Cet orchestre étant resté célèbre pour sa commande à Haydn des Symphonies parisiennes, il est donc naturel de retrouver la Symphonie n° 85 en si bémol majeur « La Reine de France ». La vivacité du trait et le lyrisme du classicisme haydnien sont des bons présages pour l’intégrale de ces six symphonies (n° 82 à 87) dont l’enregistrement est en cours.  Charlotte Saulneron-Saadou - Full article

Concertclassic 10/10/2016: Le Disque de la Semaine Haydn, Rigel, Sarti & J.C. Bach
Le Concert de la Loge (dir. Julien Chauvin)

…Modèle de style et d’élégance que cette interprétation jamais empesée. Le classicisme haydnien rime de bout en bout avec lyrisme, couleur et esprit ; « La Reine de France » rayonne et respire : quel naturel, quel chic, quelle vie ! - Alain Cochard - Full article

Mdt.co.uk Oktober 2016: CD HAYDN La Reine      
…With this first release, Julien Chauvin has created a stunningly beautiful disc, enhanced by the famous recording quality of the Aparté label and accompanied by a richly informed booklet. Full article

 

 

top