Home     Artists    Contact
WEINSTADT ARTISTS MANAGEMENT
 
 

Back to artist

 
Review LE CONCERT DES NATIONS - (Paris, 1989)
 

The Times 6/07/2022: Review CD Gluck  
We stay in the 18th century for the latest release from Jordi Savall and the merry musicians of Le Concert des Nations. Two attractive and ingenious “ballet pantomimes” by Gluck reflect ballet music in transition, moving from the dance divertissement to music following a narrative line.
Listening to the highly charged Semiramis is like absorbing a film soundtrack with eyes closed. Action and characterisations matter less in Don Juan, though there’s no doubting where the hero ends up, tossed into hellfire by demons. The playing throughout is exemplary, delightfully colourful and driven along with a natural bounce. Albums like this may not change the world, but they definitely make life worth living. (Harmonia Mundi; Alia Vox). Geoff Brown – Review in full

ClassiqueNews 21/06/2022 : CD GLUCK : Don Juan, Semiramis
…Dès la sinfonia d’ouverture, s’entend le chant électrisé de la guitare, doublant les cordes qui porte avec beaucoup d’acuité expressive l’élan,…Ce que souligne la musique ici c’est après la vanité et la morve supérieure du héros, son effondrement psychique, la conscience de sa finitude face aux gémissements des âmes impies comme lui : la séquence exprime cette chute existentielle dans la violence de l’orchestre, cordes et cuivres mordants, fouettés, incisifs et sinueux. Les cors sont mis en avant, et les bois percutants, emportés par la tempête des cordes, en un cataclysme qui s’étire et s’allonge jusqu’à l’expiration / l’expiation du pêcheur vaniteux. …
Jordi Savall en gluckiste irrésistible :
Les ballets fantastiques d’Angiolini,
La musique frénétique et psychologique de Gluck

Fort de ce constat, serviteur d’un temps dramatique autant que psychologique (grâce à la somptueuse musique de Gluck), Jordi Savall prend indéniablement plaisir à ciseler les couleurs et les timbres gluckistes pour intensifier comme caractériser chaque séquence. Il soigne le rire des cors, la fièvre des cordes, le chant argenté des bois. Ce travail sur la vivacité des timbres est évidemment permise par l’orchestre sur instruments d’époque, Le Concert des Nations, collectif d’individualités formidablement bien électrisées sous la coupe du maestro plutôt inspiré par ce répertoire. La musique de ballet, évidemment profite ici du génie de Gluck ; mais elle regorge de teintes et nuances qui en fait une remarquable tapisserie sonore, digne de l’opéra, comme des chefs d’oeuvres symphoniques de la fin du siècle (Haydn, Mozart…). Du Gluck pur et historiquement percutant. Saisissant. Hugo Papbst - Article

Le Monde 19/06/2022 : CD Haydn – Die Schöpfung
Enregistrée en mai 2021, cette nouvelle production discographique de Jordi Savall plonge au cœur d’une « création du monde » pétrie de l’esprit des Lumières. Mais, bien que l’avènement de l’homme soit le couronnement du projet divin, ce n’est pas aux voix mais à l’orchestre, moteur d’un univers en évolution, que le chef donne en quelque sorte la primeur. En témoigne une introduction particulièrement travaillée, dont le sens du détail et celui du mystère dramaturgique excèdent la singularité des effets instrumentaux, certes géniaux, censés symboliser le chaos. … Sous la direction du maestro catalan, l’excellent trio de jeunes chanteurs (Yeree Suh, Tilman Lichdi, Matthias Winckhler) entièrement voués à la musique se fond dans la masse que composent une Capella Reial de Catalunya d’une homogénéité remarquable, et un Concert des Nations tout en ferveur et nuances. Marie-Aude Roux - Article

Concertonet 13/03/2022:  “Beethoven: Révolution, Volume 2”
…, it is the last work in the series—the Symphony nº 9, the “Choral”—which took my breath away. Here, Savall pulls the plug, and the genie flies out of the bottle. The experience is magical, divine and illuminating. You will never hear the Ninth the same way again. … In that first movement we are either lost immediately in a quagmire of bored indifference or electrified as we are drawn into a world in which great myths bespeak our origins: the Golden Fleece, the Gold Chain of Obatala, the Dao as the mother of all things, a Garden of Eden fecund with apples and snakes. In this recording, it’s all there, the soundtrack to our evolution.… The chorus—La Capella Nacional de Catalunya—similarly blends with the instrumentalists of Le Concert des Nations to create a triumvirate of connections whose product is a brilliant exposition of Beethoven’s ideas etched in the rhythm of the composer’s heart.… Jordi Savall’s Beethoven is speaking to us in the deepest recesses of our collective soul. We need only lower our defenses and listen.  Linda Holt - Review in full

Crescendo-Magazin 3/03/2022 : Beethoven au temps de la pandémie avec Jordi Savall
Son 10- Livret 10- Répertoire 10 - Interprétation 10
Avec la Septième - … Il y a ici un enthousiasme qui bouscule tout devant lui et fait sentir le côté rugueux et expérimental de la musique, avec des sonorités faites de couleurs primaires où les cors braient, les trompettes crépitent, les cordes graves grondent, alors que les bois jouent avec grâce et naturel. La façon dont Savall réussit à n’en faire jamais trop ne laisse d’impressionner.
… On admire ici le bel étagement des plans sonores et la finesse du travail sur l’articulation du quatuor.
La Neuvième Symphonie - … Le chef s’y montre ferme mais sans brutalité, exposant avec calme et patience les beautés et la profondeur de la musique, … Très rapide lui aussi, le Molto vivace donne à entendre un orchestre plein de vivacité avec des cordes toujours sur le qui-vive et offre un mélange de tension et de transparence ….
L’Adagio ne traîne pas, ce qui n’enlève absolument rien à sa profonde beauté. On n’est pas ici dans la mystique, mais bien dans la musique -et c’est très bien.
Pour le Finale - … L’orchestre, le choeur et les quatre excellents jeunes solistes vocaux s’acquittent parfaitement de leur tâche, guidés par un Jordi Savall qui parvient à instiller une vie palpitante et une chaleureuse bienveillance dans cette musique qu’on croyait si bien connaître. On l’aura compris : ce cycle beethovénien est à connaître absolument et s’impose aux côtés des meilleurs. Patrice Lieberman - Article

The Classic Review 24/02/2022 Beethoven – Symphonies 6-9
The orchestral playing in all four symphonies is stupendous. …As in the previous volume, the heterogeneous pungency of the sound, especially in the strings is distinctive. …… This is playing of passionate intensity, great beauty, and sonorous character.
… Savall has given us a new, deeply considered, wonderfully vibrant and emotionally transforming set of the symphonies that is absolutely life affirming.  David A. McConnell - Review in full

Classiquenews Le Clic 15/02/2022: Beethoven Symphonies : 6, 7, 8 et 9
 … Les instruments d‘époque sont les alliés de Savall, ses outils magnifiquement huilés et articulés pour une sonorité décapante, dégraissée, vive, toujours fabuleusement nerveuse. Sa carrure rythmique dialogue toujours avec une conception sonore qui outrepasse le geste historique et exprime dans son flux naturel, la formidable volonté de la musique. 
Plénitude poétique et spirituelle - Nerf expressif, vitalité collective - le Beethoven captivant de Jordi Savall
La n°6 « Pastorale » .. Le souci de communier et de partager se réalise dans une texture sonore globale qui coule comme une onde vive et trépidante, dont le fini, superbement oxygéné, respire la plénitude du motif, sa perception directe, sa restitution naturelle et franche. …
La 7è trépigne par son acuité martiale, sa tonicité collective ; son entrain d’une fabuleuse efficacité musicale et dramatique. Bois et cuivres dansent, exultent ; chacun exposé avec une individualité assumée; où scintillent et mordent les cors et trompettes…
La 8è, exaltation du mouvement, … toujours avec une clarté polyphonique et contrapuntique qui permet aussi de réécouter les séquences différemment à ce que nous pensions connaître.
Enfin la 9è, testament fraternel qui porte très haut les couleurs …L’Adagio est une ample respiration profonde, grave; infiniment tendre, avant la déclaration franche de l’ode à la joie finale, porté par une ardeur à tous les pupitres, avec l’exaltation précise et intense pour chaque soliste et pour le choeur autant galvanisé par le chef catalan.
On ne peut s’incliner devant une telle réalisation; qui vient opportunément compléter, elle aussi de façon captivante, le premier coffret des symphonies 1 à 5. Lucas Irom -  Article

Crescendo Magazine 4/02/2022: Jordi Savall illumine La Création de Haydn
l’enregistrement a été réalisé du 5 au 7 mai 2021 en la Collégiale du Château de Cardona, en Catalogne. Le résultat est éblouissant et vient s’ajouter en lettres d’or dans la discographie pléthorique de Jordi Savall.
S’il fallait définir par un seul adjectif la conception de La Création par Savall, c’est celui de « lumineuse » qui s’imposerait. Dès Le Chaos initial, qui n’est ni fracassant ni démesuré mais semble installer un miracle sonore, avec des cuivres dont la tension vitale est contrôlée comme si elle dévoilait un mystère,…
On parlera, pour ce qui est des instruments, d’une fraîcheur dynamique, d’un élan et d’une ardeur communicative, avec des cordes nettement affirmées et des cuivres fringants. On perçoit derrière toute cette clarté qui confine parfois à la transparence une cohésion profonde et engagée. …..Quant aux chœurs, on ne peut que reconnaître à Jordi Savall l’intelligence sensible d’avoir attendu avec sagesse ce bel ensemble qu’il appelait de tous ses vœux. Une telle splendeur, accompagnée d’une absolue justesse et d’une projection de chaque instant où l’homogénéité s’ajoute à la cohésion, relève du prodige sonore.
…; quand les chœurs s’en mêlent, on bascule dans le grandiose, avec une séquence finale époustouflante. En ce qui concerne la qualité de la prononciation, que Savall appelait de tous ses vœux, elle est omniprésente. …On placera cette réalisation exemplaire au tout premier rayon des versions de La Création, d’autant plus que la qualité technique de l’enregistrement est une vraie réussite. Jean Lacroix - Article

Bachtrack 11/01/2022 : Monteverdi et Jordi Savall au Théâtre du Capitole pour lancer 2022
Altri canti di Marte (Canto amoroso, SV 155) est tiré du septième livre de madrigaux et fait intervenir l'ensemble des musiciens. La mécanique est bien huilée. .. La direction de Jordi Savall est minimale mais bien amplifiée par les musiciens…. L'ensemble vocal trouve une belle homogénéité dans les échanges de sujets et de réponses du contrepoint. …
Gira il nemico (Canto guerriero, SV 148), … Le maestro ayant prit la basse de viole n'étire que les derniers moments, les plus dramatiques … On passe à la danse avec Ballo : volgendo il ciel movete al mio bel suon (Canto guerriero, SV 154), pris dans un tempo très allant. …Les attaques deviennent toutefois de plus en plus claires et la chaconne montre un bel équilibre des cordes, avec un jeu parfois rustique pour illustrer la danse, ce qui leur vaut déjà un tonnerre d'applaudissements.
…. Le concert se termine avec une œuvre plus introspective et religieuse, Hor che'l ciel e la terra (Canto guerriero, SV 147), qui laisse le collectif des chanteurs et l'ensemble instrumental approfondir encore la douceur et la recherche d'une forme de plénitude. Là encore, l'évolution du programme est particulièrement bien pensée.  Arnaud Saura-Ziegelmeyer - Article

Limelightmagazine 5/01/2022 : Haydn The Creation
Jordi Savall’s 80th birthday celebrations have been marked by acts of homage to works for which he has had special affection. … Opting for relatively modest forces (a chorus of 20 and orchestra of 36) Savall presents a thoughtful, historically informed account with elements of beauty and charm.
Foremost amongst these is the rich sonority and engaged playing of Savall’s orchestra, Le Concert des Nations. From the opening Representation of Chaos, there is not only a sense of entering into the drama of the creation story, but of being transported into Haydn’s sound world. Tony Way - Review in full

Fanfare January/February 2022 : CD Révolution : Symphonies 6 à 9 - A stunning completion to a triumphant journey, and a compulsory purchase!
…This new recording completes a Beethoven Symphonies set that represents, in my opinion, not only the greatest interpretation of these iconic works ever set down, but also a genuine landmark in the history of recording itself.
The recording of the "Pastoral" symphony here is glorious, …. this performance graduate from the excellent—up until then—to the exceptional. I have never heard these movements played better, with all the principal winds, in particular, quite stunning in their color, technical proficiency, wit, and nuance. The detail in the lower strings in this recording is tremendous, and the timpani is very present and dramatic when required, …
Moving on to the iconic Seventh, things are perhaps even better. Mostly. In the first movement's Introduction, tempos are spot on, and there is a delightful interplay between the "dramatic" and the "cajoling" that many performances seem to miss. This leads into a Vivace that also seems perfectly paced, with the horns quite magnificently heroic in their big moments. There is a freshness and a dynamism to the playing here that is enormously impressive. … The wonderful bass ostinato that drives the movement towards its end is tremendous here, and the movement closes in exultantly triumphant fashion.
Ninth symphony  - … The first movement is tremendously intense and exciting, especially in the development section, where the low strings shine new light on just how visionary was Beethoven's incredible imagination with regard to scoring. The second movement, too, is outstanding. … It is the detail and the constant interplay of contrasting tone-colors that stands out in this performance, … William Kempster - Review in full

OpusKlassiek December 2021 : CD Haydn: Die Schöpfung
Een uitvoering van Die Schöpfung staat of valt met de stilering van Haydns coloristisch getinte ingevingen. Het pastorale, idyllisch en schilderachtige (de term 'naïef' komt wat dit betreft niet uit de lucht vallen) vraagt evenveel engagement als het chaotische of monumentale in dit op muziek gezette scheppingsverhaal. Wat alles te maken heeft met wat ook wordt verlangd: een goed gevoel voor proportionaliteit
Daaraan geen enkele twijfel: Jordi Savall zorgt voor een gedenkwaardige uitvoering dankzij een uitermate frisse benadering, mede door de uitstekend gekozen tempi en de vele met zorg aangebrachte expressieve accenten. Historiserend, gedetailleerd, rijk uitgedost en bont gekleurd. Zoals er ook met grote overgave gemusiceerd, met het koor en orkest excellerend in afwisselend uitbundigheid en beschouwing, aangevuld met de presence van de verschillende 'Naturlaute' die eveneens vlekkeloos uit de luidsprekers komen. Aart van der Wal - Artikel

Musicframes.nl 22/12/2021 : Schitterende Schöpfung door La Capella Reial de Catalunya olv Jordi Savall
... De uitvoeringen van Jordi Savall en het La Capella Reial de Catalunya staan altijd garant voor transparantie en bevlogenheid. De muziek op deze dubbel-CD klinkt fris, helder en straalt rust en zekerheid uit en krijgt een extra lading door het gebruik van authentieke instrumenten. … Sinds de première in 1798 wordt Die Schöpfung jaarlijks uitgevoerd in Wenen, waarmee bewezen wordt hoe tijdloos het werk is. De excellente uitvoering van het orkest met solisten o.l.v. Jordi Savall bewijst dat evenzeer! - Mattie Poeles - Artikel
English version
... Jordi Savall‘s performances with his La Capella Reial de Catalunya always guarantee transparency and enthusiasm. The music on this double CD sounds fresh, clear and radiates peace and certainty and is given an extra charge through the use of authentic instruments. …Since its premiere in 1798, Die Schöpfung has been performed annually in Vienna. That proves how timeless the work is. The orchestra’s performance with soloists conducted by Jordi Savall proves this as well. Excellent music! Mattie Poeles - Review in full

Classiquenews.com 13/12/2021 : CD  Haydn - La Création
…D’une exceptionnelle cohérence artistique, la lecture de Jordi Savall élabore une vision à la fois distanciée (cuivres lointains dès l’ouverture, dans le chaos primordial) et aussi profonde et très poétique. Il fait de la partition, un manifeste inondé de lumière, le prolongement des oratorios de Haendel ….Le chef soigne le continuum harmonique comme clé d’accès et comme voûte de tout le cheminement de l’ombre inquiétante à la lumière divine. Savall souligne combien le génie de Haydn triate à sa façon les grandes masses chorales haendéliennes ; y fusionne l’énergie martiale de Beethoven et aussi la grâce tendre de Mozart …
… Savall sculpte lui aussi par son orchestre ductile, l’homme accompli dont Haydn met en musique la nature idéale, connectée au monde et aux animaux nouvellement nés. Le chef montre aussi à quel point l’écriture musicale, le chant et la parole des instruments, inscrivent le miracle sonore comme une manifestation tangible de l’harmonie universelle. Remarquable lecture. Hugo Papbst - Article

Crescendo Magazine 9/09/2021 : La Passion de Tomás Luis de Victoria par Jordi Savall : quand le mysticisme est au rendez-vous - Son : 10    Notice : 10     Répertoire : 10    Interprétation : 10
…On ne soulignera jamais assez l’apport magistral de Jordi Savall à la musique de la Renaissance (pour ne citer que cette période-là). Cette fois encore, le résultat est confondant.….Fervents, les chanteurs de la Capella Reial de Catalunya et les instrumentistes d’Hespèrion XXI traduisent l’univers du compositeur avec une émotion que l’on ne peut que partager, entre élans de clarté, intimité subtile et beauté immatérielle. L’audition en continu provoque même une sorte de sensation hypnotique, qui relève autant du sentiment religieux que de la magie exercée par les versets polyphoniques…. On dirait que le don du surnaturel planait avec bienveillance sur ces concerts captés avec grand soin, dans un chaleureux contexte sonore. Une expérience à portée profondément religieuse, certes, mystique sans doute, mais qui revêt aussi le manteau d’une approche métaphysique intemporelle et qui s’adresse à chacun d’entre nous. Admirable ! Jean Lacroix - Article

Resmusica 18/07/2021: La passion de Tomas Luis de Victoria selon Jordi Savall
Grand spécialiste de l’art musical espagnol, Jordi Savall revient à Tomàs Luis de Victoria avec un nouvel album consacré aux Offices de la semaine sainte : une œuvre d’une grande force spirituelle et d’une beauté pure, portée par une interprétation émouvante et passionnée.
….le chef catalan s’entoure une nouvelle fois de ses fidèles musiciens de la Capella reial de Catalunya et de Hesperion XXI. Le chant grégorien monodique qui se glisse tout au long de l’œuvre, tel un fil conducteur parmi les versets polyphoniques, est somptueusement assuré par Andrés Montilla-Acurero. lluis Villamajo a patiemment préparé l’ensemble vocal suivant les règles du chant ancien. La couleur méridionale des voix apporte une authenticité palpable qui fait de cette version une référence tant musicale qu’historique. Frédéric Muñoz - Article

Dw.com 23/08/2021 : Auferstanden: Beethovenfest fulminant gestartet
….Eine wahre Klangsensation war jedoch die Aufführung der ikonischen neunten Symphonie zur Eröffnung des Festivals. … Trotz straffem Tempo arbeiteten die Musiker des von Savall im Jahr 1989 gegründeten Originalklangorchesters Le Concert des Nations jedes feinste Detail der als Vermächtnis des Komponisten geltenden Chor-Symphonie. Savall ist Meister der Nuance, der Klangbalance und der Kontraste. Anastassia Boutsko - Resenzion

Klassik Begeistert 21/08/2021: Jordi Savall und Le Concert des Nations eröffnen das Beethovenfest 2021.
…In den dezenten ruhigen Bewegungen des Maestros sieht und im Orchester hört man die intensive und abgestimmte jedes Detail formende Probenarbeit. Sie scheinen sich blind zu verstehen. Savall schlägt den Takt, nur an wenigen Stellen gibt seine Linke den Einsatz für das Anschwellen der Dynamik. …..Am Ende ist alles Still. Auffallend lange sitzen wir so „umschlungen“ da bis ein „Bravo!“ hinter mir und damit langanhaltender Applaus hervorbricht. Christina Lena Monschau - Resenzion

Resmusica 18/07/2021: La passion de Tomas Luis de Victoria selon Jordi Savall
Grand spécialiste de l’art musical espagnol, Jordi Savall revient à Tomàs Luis de Victoria avec un nouvel album consacré aux Offices de la semaine sainte : une œuvre d’une grande force spirituelle et d’une beauté pure, portée par une interprétation émouvante et passionnée.
….le chef catalan s’entoure une nouvelle fois de ses fidèles musiciens de la Capella reial de Catalunya et de Hesperion XXI. Le chant grégorien monodique qui se glisse tout au long de l’œuvre, tel un fil conducteur parmi les versets polyphoniques, est somptueusement assuré par Andrés Montilla-Acurero. lluis Villamajo a patiemment préparé l’ensemble vocal suivant les règles du chant ancien. La couleur méridionale des voix apporte une authenticité palpable qui fait de cette version une référence tant musicale qu’historique. Frédéric Muñoz - Article

OpusKlassiek Juli 2021 : CD Victoria: Officium Hebdomadae Sanctae (Rome 1585).
Waar de passiemuzieken van o.a. Bach en Telemann op de voorgrond staan, worden die van de 16de- en 17de-eeuwse componisten slechts karig of zelfs in het geheel niet bedeeld, wat zelfs voor die van Schütz geldt. Maar wat ‘live' ontbreekt, daar wordt in ieder geval in discografisch opzicht in voorzien; en dan ook nog in absolute topuitvoeringen. Dat geldt ook voor de uitvoering van dit grootse werk van Victoria, waaraan nu ook Savall met zijn uitgelezen ensembles La Capella Reial de Catalunya en Hespèrion XXI een onuitwisbare bijdrage heeft geleverd. Wie over een surround-installatie beschikt kan zich laten onderdompelen in onzegbare klankschoonheid, maar ook wie zich moet ‘behelpen' met slechts stereo zal niet kunnen ontkomen aan zoveel hierin opgetaste luister. Aart van de Wal - Recensie

Granada Hoy 6/07/2021 : Savall desata los elementos en un magistral concierto
Savall equilibró los efectivos tímbricos de Le Concert des Nations y creó un sonido orgánico en todo momento, incluso en los momentos iniciales de la obra en los que se busca ese clúster sonoro, preciso y potente, algo digno de mención pues todo músico sabe que no hay nada más difícil de afinar que la disonancia. …Gonzalo Roldan -   Review in full

Scherzo 2/07/2021 : Jordi Savall y le Concert des Nations : del caos primigenio (y fingido) a la apoteosis de la Danza 
… Ya desde los primeros compases pudo apreciarse lo que sería una constante en todo el concierto: la belleza del sonido, por timbre, por capacidad de matiz, del conjunto. En el comienzo de la obra de Rebel, que pretende remedar musicalmente el caos primigenio, Savall se complació en subrayar las disonancias y lo que de extraño y atrevido pueda tener esta música para un espectador actual. 

  Esta dinámica contrastante, y los citados juegos tímbricos, manejados con maestría, fueron de hecho la tónica general y el resumen del concierto, que osciló entre la majestad y la gracia propia de estas obras del Barroco tardío, lo áspero o lo dulce de los ataques, lo bailable y lo estático: maravillosos …  Savall dirige con calma, sin moverse del sitio, sin aspavientos, con una gestualidad que recuerda al director de coro, en ocasiones sin apenas mover la mano izquierda durante tiempo, transmitiendo dominio y serena autoridad que, sin embargo, logran a la vez una atmósfera de juego, levedad y contrastes.  José Manuel Ruiz Martinez - Review in full

Idéal 1/07/2021 : Le Concert des Nations enciende el Carlos V - … Si hay que destacar algún número –solo se interpretaron siete de los doce originales–, la delicadeza de la 'Sicilienne', pura seda con un diálogo entre trompas y violines, con estas dejando la última nota en el aire. Los tres últimos números nos transportaron directamente a las fuentes de Versalles. Los caprichos del agua en un día de sol se dibujaron anoche en las fuentes de la Alhambra. En resumen, nada de calentamiento: directamente a lo más alto.  José Antonio Munoz - Review in full

ResMusica 27/06/2021 : Harmonieuse Création de Haydn par Jordi Savall à la Saline Royale
… Le geste apaisé de Jordi Savall délègue les effets de manche à ses instrumentistes du si bien nommé Concert des Nations. Effets attendus (timbales, bois, et même cors à la partie toujours redoutable) et bien là, mais ce qui frappe surtout, une fois lancée l’autorité du stupéfiant portique introductif, c’est la cohésion et la sonorité soyeuse des cordes. Un séduisant piano-forte donne poids à la partie récitative, et profondeur à une lecture discursive et constamment musicale. Le très long duo d’Adam et Eve est pesé avec un humour quasi-vaudevillesque comme avec la plus touchante émotion. Le chœur final, que l’on est parfois tenté de considérer comme en-deçà de ce qui a précédé, se hisse en majesté à la hauteur du Chaos introductif.
… Le concert, suivi avec la plus grande ferveur, se clôt, une heure trois quarts plus loin, avec un triomphe de plus pour Jordi Savall qui, à bientôt 80 ans (et au moins le double de concerts par an) vient d’ajouter une de ses plus belles pierres à l’édifice haydnien.  Jean-Luc Clairet - Article

Limelightmagazine 24/06/2021 : La Lira d’Esperia: The Medieval Fiddle -Jordi Savall, Pedro Estevan - Welcome reissue of medieval music-making by a master and his mate.
The music here reflects the three chief cultures of the Mediterranean world – Jewish, Islamic and Christian – and the program is divided into three sections …
In the opening Galician Rotundellus Savall shifts effortlessly from brooding meditation into a hip-wriggling dance in double time before sidestepping into a lilting three-four. Estevan is the perfect partner, his delicate drumbeat punctuating the vièle’s mix of lyrical line and burring drone. … Each track here is a gem, …Clive Paget - Review in full

Ritmo Marzo 2021 : Marin Maris, Alcione
…  Profundo conocedor del barroco francés y mas aun de la obra de Marais, Savall sabe sacar lo mejor de este, la plasmacion en musica de los personajes y el cuidado por el color orquestal.  …  El coro, magistralmente preparado por Lluis Vilamajo, regala algunos momentos sublimes. Mercedes Garcia Molina

Musikzen 9/02/2021 : Ferveur et finesse - Jordi Savall et la sérénité d'un Bach plein d'espérance
…L’interprétation est puissante, fervente, avec un chœur et un orchestre impeccables, et une mise en évidence particulièrement remarquable des dialogues entre chanteurs et instruments solistes, comme des éclairs de lumière au milieu de ce chant d’espérance. Gérard Pangon - Article

Pizzicato.lu 5/02/2021 : Philharmonie Luxembourg: Intensiver Applaus für Jordi Savall und Le Concert des Nations
…Mit nur einer Handvoll Musiker, von denen nur die Gambisten Jordi Savall und Philippe Pierlot durchgehend und Xavier Diaz-Latorre mit Theorbe oder Gitarre meistens mitwirken sowie dem Geiger Manfredo Kraemer und Charles Zebley mit der Flauto traverso, die nur punktuell hinzutraten, bot Le Concert des Nations ein sorgfältig zusammengestelltes Programm, das nicht nur die in sich gekehrten Seiten des Sainte-Colombe darstellte, sondern auch lebensfrohe Töne bis hin zum Rausschmeißer einer höfischen Musik bei Ludwig XIII erklingen ließ.
Die wohl mit etwas größeren Abständen als gewöhnlich sitzenden Musiker mussten bei den nur mit den beiden an den äußeren Enden sitzenden Gambisten besetzten Werken, also bei Sainte-Colombe, mit dieser Distanz zurechtkommen, was ihnen beinahe ohne Abstriche gelang. Ansonsten zauberten die Musiker mit sicherer wie eloquenter Hand einen ebenso intimen wie ansprechenden Abend alter Musik auf die Bühne, der das limitierte Publikum nach anfänglichem Zögern dann doch in seinen Bann zog und einen so intensiven Applaus bewirkte, dass sie mit der erwähnten mitreißenden Zugabe noch das i-Tüpfelchen setzten mussten, bevor sie in die Pause vor der zweiten Aufführung entlassen wurden.  Sébastien Grébille - Article

Ritmo Jan/21 :  Beethoven : Sinfonias 1 y 5.  Le Concert des Nations / Jordi Savall     ****
… The use of period instruments allows for more transparent textures, livelier tempi and a more adapted balance, as the brass does not stand out too much from the orchestral ensemble, creating a truly surprising sonority.  The Concert des Nations brings the number of performers in line with Beethoven's ideas, and distances us from the megalomania of some « modern » conductors in this repertoire. Simon Andueza

Resmusica 23/01/2021 : Jordi Savall, intrépide, à l’assaut des symphonies de Beethoven
….Jordi Savall donne, il est vrai, contrairement à d’autres monstres sacrés baroqueux, « sa » vision du monde sonore beethovénien au crépuscule d’une longue carrière où il a jusqu’ici relativement peu abordé le classicisme viennois. Avec une indiscutable maturité musicale, un regard sans préjugé, d’une alacrité un rien distante, mais aussi par le péché d’un certain hédonisme sonore, il synthétise, en y apportant sa propre touche (dynamisation optimale du discours) les recherches, les essais aboutis ou plus aléatoires des nouvelles interprétations beethovéniennes du dernier demi-siècle. …Au bilan, nous retiendrons, au sommet, une Symphonie n° 1, haletante et conquérante, pulvérisant l’héritage post-haydnien, et une Symphonie n° 2 idéalement « drama giocoso » aux dimensions quasi épiques dans ses deux premiers mouvements puis soudainement théâtrale, bouffe et lapidaire dans ses deux derniers…..; la Symphonie n° 4 plutôt impeccable 
…..Mais voilà indiscutablement du beau travail …..Benedict Hévry - Article

 

 

top