Home     Artists     Contact
 
 
 

Back to artist

 
Review REMI GENIET
 

Communities Digital News 11/10/2016 : French pianist Rémi Geniet dazzles in YCA’s opening recital
Washington – Young Concert Artists (YCA) launched its 2016-2017 season this Wednesday past at the Embassy of France with an impressive recital by French pianist Rémi Geniet. Just 23, Mr. Geniet offered an interesting program featuring a trio of substantial works by Bach, Beethoven and Prokofiev, each of which demand precision and craftsmanship over showmanship.
Bach’s Partita No. 4 in D major, BWV 828 - As Mr. Geniet eased into the Partita’s opening “Ouverture,” I was immediately reminded of no less than legendary Bach keyboard specialist Glenn Gould. …In performing the Partita, Mr. Geniet proved every bit as impressive as Gould. The uncanny precision was there, allowing Bach’s frequently innovative harmonies and daring dissonances to emerge naturally and without affectation. Mr. Geniet’s legato touch was unerring as he maintained each section’s dramatic melodic and legato flow with an absolute minimum of pedaling and often with no pedaling at all. It was a performance that was as impressive for its crispness and accuracy as it was for its tasteful expressiveness.
Beethoven’s “Moonlight” Sonata  - … Mr. Geniet was at his best here, handling this dramatic but quite difficult movement with classical precision, allowing its brilliant architecture to shine through before decelerating its concluding bars with an almost Chopin-like rubato, creating a highly dramatic conclusion: an exciting and unexpected way to end the recital’s first half.
Prokofiev’s Sonata No. 8 in B-flat Major, Op. 84- …His playing throughout was as clear as it was in the Bach Partita while freely bursting forth as dramatically in Prokofiev’s Vivacity finale as he did in the concluding Presto of Beethoven’s “Moonlight” Sonata. His clarity and precision balanced Prokofiev’s paradoxical violence and lyricism in this sweeping, exciting conclusion, igniting an immediate and appreciative ovation from the capacity audience.
…, these encores were like icing on the cake, a fitting but not too showy conclusion to a fine recital by an elegant young artist who, if there is justice in this world, can look forward to a productive and successful career in the years to come. - Terry Ponick - Full article                                                   

Oberon's Grove 11/10/2016: Pianist Rémi Geniet Opens YCA Season
The French pianist is 23-years-old…., his playing, however, showed striking maturity of artistry aligned to a sophisticated technique.
Bach Partita No. 4 in D Major, BWV 828 -…, Rémi Geniet's rendering of the Partita #4 served as a most congenial calling card, whilst also whetting the crowd's appetite for the Beethoven and Prokofiev to come. Among the many felicities of his playing were a finesse of dynamics and much colorful agility.
…once he commenced the Adagio Sostenuto of the Beethoven Moonlight sonata, his playing transported us to another world. Mr. Geniet's immediate establishment of a dreamlike atmosphere, and his deep sensitivity to the misterioso quality of the music set this among the most moving musical experiences of recent seasons.
In the more generalized Allegretto which serves as a bridge between the first and last movements of the sonata, Mr. Geniet's vivid and fluent playing sustained our interest; once the tumult of the Presto Agitato commenced, the young pianist used an almost daemonic attack and a dazzlement of bravura passage-work to propel us thru the stormy aspects of the movement.
Prokofiev's Piano Sonata No. 8 in B-flat Major, Op. 84 - …the pianist found an ideal balance between powerful turbulence and off-kilter tenderness. His triumphant performance was as savourable to watch as to hear.
Mr. Geniet was very generous with encores, … He played them all superbly, and the enthusiastic crowd greatly enjoyed these added delights to an already wonderful program. I feel certain we'll be hearing much more from this exciting young pianist in the seasons ahead. - Permalink - Full article

La Lettre du musicien 23/08/2016: Au Touquet, le piano fait des folies
Sur la Côte d’opale, Le Touquet-Paris-Plage accueille chaque année depuis huit ans un festival où le piano est roi, Les Pianos Folies. De l’édition 2016, foisonnante et jubilatoire, on retiendra nombre de moments forts.
Rémi Geniet confirme sa jeune maturité et son affinité avec le Beethoven – des Sonates n°2 et 14 – tout en révolte contenu, préfigurant les audaces instrumentales du Prokofiev de la Huitième Sonate. Du “Chopin espagnol”, Granados, Guillaume Coppola restitue toute la poésie solaire et aristocratique par trois de ses Danses espagnoles et le virtuose Allegro de concert. -
Marcel Weiss - Full article

Concertclassic 15/07/2016: Rémi Geniet au Festival Chopin de Bagatelle – Profondeur et style
Rémi Geniet conduit sa carrière avec autorité, et son récital porte incontestablement la marque d’un artiste réfléchi qui ne se contente pas d’aborder un répertoire démonstratif, mais se confronte aux grandes pages de la littérature pianistique.
Deux sonates de Beethoven ouvrent le concert : n° 9 op. 14 n° 1 - …Le soliste parcourt avec maîtrise et plénitude de phrasé des œuvres dont il parvient à dégager le caractère improvisé et la liberté de ton. Main gauche impressionnante, contrastes maîtrisés, sens de la construction se conjuguent à une clarté textuelle qui souligne l’aisance à aborder la grande forme.
La Sonate n° 3 de Chopin séduit par sa qualité de diction, l’art de raconter sans jamais se perdre dans un rubato excessif. La simplicité et le naturel comme la réflexion sur la construction trouvent leur expression la plus aboutie dans le final mené avec implacabilité rythmique et contrôle absolu du tempo. - Michel Le Naour - Full article

www.concertclassic.com 12/10/2015: Rémi Geniet en récital à Gaveau – Intelligence pianistique

Second Prix au Concours Reine Elisabeth en 2013, Rémi Geniet (22 ans) était l’invité de la série « L’âme du piano » salle Gaveau. Avec justesse et intelligence, il confronte des pages de J-S. Bach avec d’autres de Chopin, .Dans la Partita n° 4, le soliste, d’une capacité digitale impressionnante (Courante), manifeste une profonde simplicité (Sarabande). Son toucher égal sait varier timbres et couleurs et mettre en lumière les richesses tant polyphoniques qu'harmoniques du BWV 828. La Toccata en ut mineur BWV 911 prend une tournure orchestrale sous des doigts assurés qui se jouent de la difficulté d'une écriture arachnéenne.
…La 3ème Sonate en si mineur est construite avec hauteur de vue (Allegro maestoso), absence d’épanchement (Largo), et atteint son point culminant dans un final à la pulsation maîtrisée. Généreux, les bis confirment l’étendue d’une riche palette sonore : aux Liebesleid et Liebesfreud de Kreisler/Rachmaninov, d’une virtuosité contrôlée, répond le Scherzo de la Sonate op. 2 n° 2 de Beethoven, fluide à souhait. Un interprète à suivre avec la plus grande attention. - Michel Le Naour

Parlonspiano.com 8/10/2015: Rémi Geniet ouvre brillamment la nouvelle série de piano de Gaveau
…un artiste d’une présence pleine d’autorité qui attaque l’Ouverture de la Partita n°4 de Bach. Jeu remarquable de clarté (économie absolue de pédale), de justesse de phrasés, de méticulosité, sans que cette dernière ne morde exagérément dans la part de rêve (un onirisme passé au tamis de la raison) de l’Allemande. Et quelle autorité éblouissante dans la Gigue !
. Et il faut entendre avec quel brio il s’empare de Liebesleid et Liebesfreud de Kreisler/Rachmaninov, donnés en bis. … Un magnifique musicien. - Bertrand Boissard

www.leprogres.fr 10/08/2015 : Rémi Geniet, l’étoile montante
Les pianistes enflamment La Roque-d’Anthéron avant leur venue à Lyon Rémi Geniet ouvre la soirée avec le 3e concerto (Beethoven) pour piano et orchestre où il déploie un piano juvénile et tranchant, dans une approche toute mozartienne. Ce concert justifie tous les espoirs suscités ces derniers mois, notamment lors des deux récitals qu’il a donnés à Lyon. - Antonio Mafra

www.ouest-france.fr 8/08/2015: Une belle rencontre avec Bach.
Rémi Geniet, pianiste de 22 ans, nous convie ainsi à une découverte de l'oeuvre de Jean-Sébastien Bach. Dans son premier disque, la richesse et la diversité des compositions du maître de Leipzig sont sublimées par un jeu alliant rigueur et finesse.
De la virtuosité de la Toccata au clavier quasi orchestral de la Partita n° 4, à la magie baroque du Cappricio, au rythme dansant de la Suite anglaise n°1, ce programme est un fascinant voyage qui ne se refuse pas. - Vincent Cressard

www.imaginariumsland.com  5/07/2015: CD Bach Partita No.4, Caprice, Suite Anglaise No.1, Toccata en do min
Only 21 years-old when this recording was made, Rémi Geniet offers us a fascinating portrait of Bach on the piano. From the virtuosity of the early works like the Toccata to the supreme mastery of the dance suites (Partita and English Suite), .... ....At the age of 20, he was awarded the second prize of the Queen Elisabeth 2013 International Piano Competition in Belgium. This debut recording has already been distinguished by a Diapason d’Or by the french classical music magazine Diapason.

www.klara.be Mei 2015: CD Bach
…De rijke pianoklank, de heldere articulatie en opbouw en de manier waarop hij moeiteloos van de ene stemming op de andere overschakelt: het zijn kwaliteiten die je gewoonlijk pas bij een ouder, ervaren en rijper pianist hoort. Een grote opname!

www.classicstoday.com 13/04/2015: Rémi Geniet Plays Bach: This Kid’s Got It!
Pianist Rémi Geniet was 21 when he recorded this absolute honey of a Bach recital. His articulation often recalls Glenn Gould’s dry-point detaché touch, but with additional lightness and color, …The Capriccio also reveals the young pianist’s gift for conveying a sense of “air” between certain notes and his uncanny sense of rhythm. Each movement of the A major English Suite sings out with lilting intimacy, while Geniet’s supple and transparent finger work keeps the C minor Toccata’s long fugue vivid and alive from start to finish. Geniet’s joyous, invigorated, and well-recorded Bach interpretations cannot help but leave you smiling and wanting more. In other words, this kid’s got it! - Jed Distler

Classica Avril 2015: CD Bach
Auréolé de nombreux prix à 22 ans seulement, le jeune pianiste Rémi Geniet mène un début de carrière tambour battant. Pierre Massé

Pianiste Magazine, Mars-Avril 2015 : Bach CD
A 22 ans seulement, le jeune pianiste français s’impose sur les scènes. Impressionnant de rigueur et de stabilité en concert, musicien à la fois instinctif – aucune faute de goût – et profondément cultivé (déjà), il a « pensé » son Bach. Sur le plan de la forme, Rémi Geniet est incontestable,  s’efforçant de préserver une lisibilité absolue des voix. Le toucher perlé demeure élégant. Dans la Partita en ré majeur,  les danses sont traduites avec un côté altier, presque trop distingué à force de maîtrise.  On aurait aimé davantage de diversité dans les timbres et les attaques.  Mais le résultat demeure sidérant de facilité. Le Capriccio est plus touchant parce qu’il « raconte » davantage avec une tendresse certaine, sait murmurer (Adagiossimo) et se promener avec bonhomie (Allegro poco). La Suite anglaise No 1 évite les écueils de la préciosité comme de la véhémence.  Les ornementations sobres et le sens naturel du chant traduisent ces pages avec un beau tempérament. Enfin, la virtuosité éclatante de la Toccata est d’une netteté exemplaire. La polyphonie, les dynamiques, tout nous fait croire à l’orgue. Un très beau premier disque.

Diapason No 634, Avril 2015: Bach CD
... L’Ouverture à la française, majestueuse et amicale, s’assouplit et rebondit par le jeu des plans sonores, du flou et du précis, de l’accent discrètement anticipé ou amorti, des désinences plus ou moins suspendues. La délectation ludique du jeune homme combinant des lignes différemment timbrées ou phrasées est contagieuse. La dialogue est la force motrice de son piano. La Sarabande perchée dans l’aigu, attendrie et décontractée, prend tous son relief entre une Aria et un Menuet pleins d’humour.... Dans un concert à l’Auditorium du Louvre, Geniet avait l’an dernier le culot d’attaquer la Sonate en si de Liszt après cette Partita. Il nous bluffait autant au Paradis qu’en Enfer ! Au disque, il poursuit avec les six tableaux « sur le départ d’un frère bien aimé », dont sous ses doigts. Plein soleil encore, la majeur éblouissant, avec la première Suite anglaise. Les volte-face rythmiques et les incises des deux courantes et de leurs doubles semblent un jeu d’enfant pour lui ; il n’hésite pas à faire passer la main gauche au premier plan afin de rendre à la Bourrée en canon son énergie d’ange en couverture vous font imaginer un premier de la classe propret ? Ecoutez ! - Gaëtan Naulleau

www.francemusique.fr 24/03/2015:  Oeuvres pour piano de Bach par Rémi Geniet
À 21 ans, Rémi Geniet offre un fascinant portrait de Bach au piano. De la virtuosité des oeuvres de jeunesse, comme la Toccata, jusqu'à la maîtrise absolue des suites de danses (Partita et Suites anglaises), le clavier de Bach rivalise avec l'opéra ou le concerto. Pain quotidien des pianistes, l'oeuvre de Bach accompagne aussi l'auditeur vers un grand voyage.

www.crescendo-magazine.be 22/02/2014 :  Les « Piano Days » à Flagey : une belle réussite !
Rémi Geniet a toujours cette magnifique concentration avant de débuter une pièce, il donne l’impression d’une grande maîtrise de soi et d’un calme olympien. Le début de la Sonate de Liszt fut parfaitement réussi ; clair, net dans les attaques, pas trop alangui dans les énoncés des différents thèmes et d’une énergie qui laissait présager de la suite. Dès la deuxième page on comprit que l’on avait affaire à un autre pianiste que celui qu’on avait connu au concours. …le public de Flagey a eu la chance d’entendre toutes ces qualités mais avec en plus la fougue et les prises de risques que l’on n’avait peut-être pas lors du concours.
…Rémi Geniet nous a offert une Sonate de Liszt à couper le souffle, rapide, véloce, sauvage et d’une poigne admirable. Le fameux passage fugué au milieu de l’oeuvre fut pris à une allure folle mais constamment clair, construit, conduit et phrasé. Ce tout jeune pianiste a la capacité de rester toujours limpide même s’il prend des tempos ultra rapides. Techniquement, ce fut époustouflant et très risqué.
Le jeu aisé de Geniet est parfait pour les trois transcriptions volatiles de Rachmaninov. …Ces pièces ont été parfaitement comprises par Rémi Geniet ; légères, subtiles et d’un rien mièvres. …Décidément, même dans des oeuvres non sérieuses, Geniet parvient à être impressionnant. Tant de jeunes pianistes se jetteraient dans ce genre d’oeuvres pour montrer qu’ils peuvent aller vite et fort. Geniet, à vingt ans a déjà dépassé le stade d’épater la galerie.
Un vrai plaisir de le retrouver, détendu et fougueux. - François Mardirossian

www.classiquenews.com  18/02/2015: Récital Rémi Geniet, piano au TAP de Poitiers
Le pianiste Rémi Geniet offre un récital soliste Bach et Chopin. A 21 ans,  le jeune pianiste a déjà remporté nombres de Prix et récompenses enviés dont le Premier Prix du Concours Horowitz de Kiev 2010, le troisième Prix du Concours Beethoven de Bonn 2011, le deuxième prix du concours Reine Elisabeth de Belgique 2013 (à 20 ans) … Son jeu puissant et finement caractérisé a trouvé dans les œuvres de Bach et de Chopin, deux formes et des écritures à la mesure de son tempérament entier, sincère, engagé.  …Rémi Geniet remportait la Victoire Soliste instrumental de l’année lors des dernières Victoires de la musique classique 2015. Le jeu est puissant ; la vision, intérieure et profonde : la maturité et l’instinct musical colorent une intelligence peu commune. La digitalité déliée, très clairement énoncée fonde une technique précise et étonnamment structurée. Rémi Geniet est un jeune talent à suivre.  - Alban Deags

www.concertclassic.com Juillet 2014: Remi Geniet aux Estivales de Musique en Médoc – Bach et Schumann dans le temple du vin
…le jeune artiste consacre une belle part de son récital à Bach, … Dans le Caprice sur le Départ de son frère bien aimé BWV 992, Geniet sait souligner les contrastes d’un ouvrage très imagé tout en signant une interprétation fluide et homogène. La Toccata en ut mineur BWV 911 conjugue ensuite liberté, élan virtuose et remarquable clarté polyphonique avec une totale simplicité.
Pas de chichis non plus dans les trois transcriptions de Rachmaninov qui suivent (Berceusede Tchaïkovski, Liebesleid etLiebesfreud de Kreisler). A d’autres les effets faciles : Geniet chante avec naturel et s’attache à mettre en valeur la richesse de texture de ces arrangements fameux.
…, les Kreisleriana sont attaquées avec une belle impétuosité, mais d’un geste aussi ferme que maîtrisé. … On est encore une fois frappé par l’attention qu'il prête à la trame polyphonique, par l’acuité du regard porté sur une partition conduite à son terme avec engagement, concentration et sensibilité.  - Alain Cochard

Le Devoir 4/12/2013 : Un jeune homme peu ordinaire
Critique du festival Bach de Montreal
…Élève de Brigitte Engerer, Remi Geniet est de la trempe des grands représentants du piano français de la génération précédente : les Bavouzet, Le Sage ou Tharaud.
Arrivant d’un pas lourd sur scène, Geniet semble dans sa bulle. Chose très particulière, le public le rejoint dans sa concentration, car Geniet parvient à imposer un long silence et un « état de réception » avant de commencer. Sur le plan musical, j’ai du mal à me souvenir de pianistes de 21 ans jouant Schumann avec un aussi parfait instinct. Le Schumann de Geniet est fulgurant et d’une intelligence rare. Le tempo du 3e épisode – très agité — de Kreisleriana est dicté par le « plus vite » finale que Geniet porte à la frontière de l’humainement possible. Avec lui, les rallentandos se font là où ils sont écrits, pas trois mesures avant, et les enchaînements sont lumineux (Épisode 6).
Bach, sans reprises, et Beethoven, avec, sont pareillement intègres et justes dans leurs pulsations. Ainsi, malgré le mode mineur l’Allegretto de l’Opus 14 n° 1 trouve sa vraie respiration.
Mine de rien, le grand récital du Festival Bach 2013 n’a pas été donné par Alexandre Tharaud, mais par ce talent presque intimidant et inattendu, qui a joué en bis Liebesleid de Kreisler transcrit par Rachmaninov. - Christophe Huss

ConcertClassic  Le Journal  19/06/2013: Concert de clôture du Concours Reine Elisabeth
L’avenir devant soi : Deuxième Prix, le Français Rémi Geniet (né en 1992) est le benjamin du palmarès 2013 – et, tout chauvinisme mis à part, mon coup de cœur de la soirée. Ancien élève de Brigitte Engerer au CNSM de Paris, le pianiste montpelliérain a par ailleurs étudié auprès Rena Shereshvskaja à l’Ecole Normale de Musique-Alfred Cortot. A 20 ans, Rémi Geniet sidère tout simplement par la maturité pianistique et musicale dont il témoigne dans le Concerto n° 3 de Rachmaninov (donné ici avec la « petite » cadence). Que ne lui a-t-on pas fait voir à cet Opus 30… A d’autres la « technicolorisation », le mépris du texte : à l’évidence le jeune artiste a longuement médité la leçon de sobriété de l’auteur dans son légendaire enregistrement avec Leopold Stokowski. Il a bien fait ! Pas un effet de manche ou de mèche, mais un aplomb, une noblesse, une densité et une beauté de la sonorité qui laissent coi d’admiration. Avec la complicité d’un chef qui connaît à merveille ce répertoire, Rémi Geniet signe une interprétation miraculeuse d’équilibre et intensément vécue, en un mot bouleversante - à laquelle le public réserve d’ailleurs une fervente ovation. L’artiste – car à n’en pas douter, c’en est un ! - n’a pourtant que 20 ans et ne dispose que d’une expérience encore limitée du travail avec orchestre : on imagine ce que son fantastique potentiel nous réserve pour l’avenir. (…)  - Alain Cochard

Following the Queen Elisabeth Competition:
Le Monde 5/06/2013
Le jeune prodige Rémi Geniet distingué au concours Reine Elisabeth A la deuxième place, le jeune prodige français Rémi Geniet (20 ans), benjamin de la compétition et élève de la regrettée Brigitte Engerer. Un parcours sans faute….

Le Soir 2/06/2013 - Verdict de ce concours Reine Elisabeth
Rémi Geniet est assurément le musicien le plus complet et le plus fascinant de ce Concours. A 20 ans, il affiche une maturité musicale hors du commun et sa prestation a été un merveilleux moment de bonheur. (…) - Xavier Flament

La Libre  2/06/2013: Trio de tête enthousiasmant
Rémi Geniet, le bien nommé, était le génie de la bande, (…) le jury l’a distingué pour ses qualités artistiques, intellectuelles et humaines exceptionnelles, on ne peut que s’en réjouir.

TV Classique 2/06/2013: Lauréats
Je me suis mouillé dès le début en désignant mon favori: REMI GENIET. Je suis heureux de sa seconde place. Il aurait brigué la 1ère s’il avait choisi un autre concerto que le 3e de Rachmaninov. Mais, vu son jeune âge (20 ans), une belle carrière s’ouvre devant lui. C’est le seul lauréat à avoir fait le circuit sans fautes. Je vous ai relaté durant ces trois semaines, ses qualités tant musicales que techniques sans oublier son intelligence. Sa deuxième place est bien méritée. - Marc Castelain

Queen Elisabeth 2013 Piano 2/06/2013
The competition likes to celebrate true personnalities. Rémi Geniet, the second one, is surely the most complete and fascinating pianist of the competition. - BrusselsDiplomatic

Dans la presse française
Le jeune prodige français, Rémi Geniet, 20 ans, benjamin de la compétition, a pris la 2e place de ce concours très relevé pour lequel avaient été sélectionnés au départ 75 pianistes. le Point, TV5, franceTV…

Le Soir  28/05/2013: Après la prestation en finale
Le Français Rémi Geniet dégage une sorte d’évidence qui balaie tout sur son passage. Sa vision est limpide et directe, sans détour. Juvénile et primesautière, la 9e sonate de Beethoven gambade avec une revigorante liberté qui n’en distille pas moins une construction subtile. L’imposé baigne dans un faisceau de sollicitations poétiques. Les effets de résonance du début nous éloignent des grands à-plats mats et cinglants d’une modernité qui se refuserait le plaisir. Ce pianiste évoque tout à la fois Ravel et Brahms par ses sortilèges et ses demi-teintes, le dialogue avec l’orchestre devenant si naturel qu’il n’a nul besoin d’être souligné. Et puis, arrive le miracle d’un 3e de Rachmaninov qui pense avant tout à chanter. Il avance, droit et clair, comme le voulait le compositeur, avec une belle volubilité qui, en même temps, moule la phrase et la propulse. L’intermezzo joue la carte de la diversité des climats et le finale récupère l’élan des chevauchées fantasques. Diantre, que c’est beau un Rachmaninov non tonitruant ! - S.M.

La Libre 19/05/2013: Après la Demi-finale
Rémi Geniet, naturellement surnaturel Rémi GENIET, français, 20 ans et benjamin de la session, a choisi le concerto en ré mineur qu’il aborde avec simplicité et allant, le tempo est rapide mais sous contrôle et offre à l’ensemble un caractère fougueux et juvénile, dont l’opéra n’est jamais loin (avec la complicité de l’orchestre). Mouvement central superbe d’ampleur et d’unité, orage central compris, et démarrage en trombe pour le final (enchaîné, et tant pis pour les tousseurs), un poil trop vite, parfois proche du point de rupture mais grisant d’énergie, de beauté et d’invention.  - MDM

 

 

top