Home     Artists    Contact
WEINSTADT ARTISTS MANAGEMENT
 
 

Back to artist

 
Reviews DAVID KADOUCH
 

Zébuline 6/10/2022 : David Kadouch : de la littérature à la musique
Dans « Les musiques de Madame Bovary », le pianiste livre un hommage aux grandes oubliées de l’histoire de la musique, et à l’œuvre de Gustave Flaubert …Avec Les musiques de Madame Bovary, le brillant interprète offre un florilège de ce qu’Emma aurait pu écouter si…
Lumineuse clarté - … Deux dernières pièces de la sœur de Félix Mendelssohn viennent clore de leur éloquente poésie ce disque délicat, interprété avec une sobre élégance. On relit le texte, les mélodies s’y attachent dans la lumineuse clarté du jeu de David Kadouch. Une pépite ! Maryvonne Colombani - Article

Classiquenews 17/08/2022 : Roque d’Athéron - Le Premier Concerto de Clara enfin révélé : il est magnifique ! David Kadouch est tout naturel qu’il vienne défendre le premier concerto de Clara Wieck-Schumann. L’œuvre est magnifique. Pas juste intéressante, … magnifique.
Le seul regret est que ce concerto ne dure pas 20 minutes, mais est-ce si important ?  Le jeu de David Kadouch est un enchantement. Le toucher est exquis, les nuances subtiles, les couleurs irisées. Son jeu mieux que virtuose est lumineux, plein d’élégance ; il semble facile. La gourmandise des phrasés rend vraiment justice à l’œuvre de Clara Wieck-Schumann. … Les instrumentistes sont très engagés surtout le violoncelle solo qui se révèle admirable : le dialogue amoureux entre le piano et le violoncelle est très émouvant. C’est vraiment la découverte et la parfaite interprétation du concerto de Clara qui fait tout le prix de ce concert. Hubert Stoecklin - Article

Nouvel Obs Jul/2022 : Les Musique de Madame Bovary ****
Le plus beau collier que Charles aurait dû offrir à Emma, c’est David Kadouch qui lui passe au cou ! …  Son toucher vocal et profond, son style admirable dans Chopin, son brio joyeux et puis ce charme qu’il dispense sans compter font de cet album une réussite éclatante. Philippe Cassard

ConcertClassic 5/06/2022 : David Kadouch en récital à la salle Gaveau – Bonheur augmenté
…On avait été séduit par la cohérence musicale du projet autant que par l’intensité et la pudeur de l’approche l’an dernier ; bonheur renouvelé que de retrouver David Kadouch à la salle Gaveau ; bonheur augmenté même grâce la décantation qui s’est produite au fil des mois et des reprises.
…; les trois Nocturnes op. 9 offrent un distillat belcantiste d’une poésie entêtante et d’un confondant raffinement du timbre – que l’on aimerait que le pianiste nous livre l’intégralité du corpus ... … Ne se dispersant jamais dans l’effet virtuose, le geste d’appropriation créatrice lisztien, sensuel et généreux, prend tout son sens sous les doigts de David Kadouch. La fluidité des Variations sur un thème de Robert Schumann de Clara Schumann est l’image d’un programme au cours duquel tout s’enchaîne comme dans songe. Le Notturno en sol mineur de Fanny Mendelssohn conclut de la plus secrète manière. Ne pas rompre le charme ...  En bis, la Mélodie op. 4 n° 2 de Fanny et le Valse op. 64 n°2 de Chopin, fabuleusement décantée, le prolongent quelques minutes encore. Magique ! Alain Cochard - Article

Bachtrack 31/05/2022 : Salle Gaveau, David Kadouch chante les musiques de Madame Bovary
…L'art pianistique de Kadouch est ce soir – il peut jouer plus grand piano – celui d'un maître qui fuit les éclats par trop bruyants, privilégie le fondu des sonorités, dont l'éloquence calme s'appuie sur un art du cantabile et sur une science polyphonique aussi naturelle d'allure que souveraine de réalisation. Ce pianisme est une gemme qu'il faut préserver comme une espèce en voie de disparition : il n'est pas sans évoquer celui de quelques grands d'autrefois qui savaient charmer sans faire de l'œil au public, chanter sans donner de la voix, être triste sans pleurnicher.
… un contrôle absolu de phrasés idéalement dessinés et chantés, de gammes rapides et liquides dans la nuance piano qui vont aussi si bien aux trois Nocturnes op. 9 de Chopin pris dans un tempo assez vif – le bon ! –, et joués dans une pénombre sonore émouvante qui fuit les éclats opératiques d'un chant plus timbré et « en dehors ». C'est surprenant et convaincant dans l'instant même. La Valse en ut dièse mineur donnée en bis est tout simplement l'une des plus belles qui se puissent imaginer ...Alain Lompech - Article

Resmusica 28/05/2022: Les musiques de Madame Bovary : l’élégant hommage aux femmes de David Kadouch
...Avec cette douzaine de pièces attachantes par les couleurs de leurs mélodies, le musicien dépeint avec délicatesse et poésie chaque état intérieur de l’héroïne tourmentée et passionnée : ses intimes aspirations, ses rêves de vie palpitante trouvent leurs échos dans la Sérénade de Pauline Viardot, pleine de gaité et d’allant, mais aussi dans les trois Nocturnes op.9 de Chopin joués à fleur d’âme et avec une simplicité touchante – quelle fine et belle ligne de chant dans le n°2 ! . La Valse du ballet Coppélia qui évoque la scène du bal semble une parenthèse heureuse, un absolu de légèreté convoité, auquel le pianiste prête son toucher aérien, perlé et subtilement coloré. L’Air Russe varié op.17 de Louise Farrenc est joué avec une vigueur toute beethovénienne, dans la plénitude de son écriture harmonique. Les Réminiscences de Lucia di Lammermoor de Liszt, orchestrales, sont éperdument chantantes et théâtrales, magnifiquement timbrées. Les Variations sur un thème de Robert Schumann op.20 ont elles une belle profondeur.
La Mélodie de Fanny Mendelssohn qui conclut ce récital résume dans sa nue simplicité ce qui émane en final de ce superbe programme tout en sensibilité : non point la tristesse, mais le charme et la tendresse. Tel ce portrait d’Emma que le pianiste nous apprend à aimer, et que nous reconnaitrons peut-être entre les lignes d’une prochaine lecture, alors tout imprégné de ses musiques. Jany Campello - Article

Classica Mai 2022: CD Madame Bovary
…Avec un merveilleux legato, des sonorités de rêve, des nuances raffinées, Kadouch leur donne une nostalgie, une douceur trompeuse de vapeurs d’opium, un vraie blaze, en saisissant de l’intérieur ce qui fait leur originalité parfois surprenante: …. Splendide disque ! Alain Lompech - Article

Télérama 2/05/2022: Les Musiques de Madame Bovary - Beau geste
…Autour de Fanny, David Kadouch convoque d’autres musiques qu’aurait pu entendre Emma Bovary, pianiste amatrice à ses heures fictives. On y croise Pauline (Viardot), Clara (Wieck-Schumann) et Louise (Farrenc), ainsi que Fréderic (Chopin), Léo (Délibes) et Franz (Liszt). Ces messieurs ont, pour une fois, la part d’autant moins belle que David Kadouch, au jeu si juste, si sensible et incarné, semble étrangement survoler les trois Nocturnes de Chopin. Comme s’il lui fallait, pour mieux leur rendre justice, réserver tous ses soins aux œuvres des musiciennes. Sophie Bourdais - Article

Le Figaro 29/04/2022 : Des variations musicales autour d’Emma Bovary
Le pianiste David Kadouch met en musique les sentiments intimes de l’héroïne de Flaubert.… David Kadouch laisse parler la musique, réservant ses réflexions sur le roman et ses choix de morceaux au livret. ……Cet album à la composition aussi subtile que l’interprétation en est délicate est pour elles toutes le plus bel hommage. Thierry Hillériteau - Article

Arts Libre 27/04/2022 : Les Musiques de Madame Bovary
… Rien que des merveilles à l’écriture savante et fluide, fraternisant tout naturellement avec des pièces de Chopin ou de Liszt. C’est à la fois euphorisant et d’une infinie mélancolie rétrospective, en particulier pour Fanny… À chacune, le pianiste offre son propre chant intérieur et les couleurs d’un jeu incomparable de naturel, d’élan, de maîtrise. MDM

Singulars 21/04/2022 : Le carnet de lecture d’Emma Bovary, imaginé par le pianiste David Kadouch
Bovary c’est moi, revendique David Kadouch dans son spectacle Les musiques de Madame Bovary qu’il joue en tournée notamment le 30 mai à Gaveau et qu’il vient de publier chez Mirare. Avec finesse, le pianiste, passionné de Flaubert imagine les compositrices, minorités silencieuses, qui accompagnent son héroïne, de Fanny Mendelssohn à Louise Farrenc, n’hésitant pas à les commenter avec le même brio que son jeu en valorise la profondeur. Olivier Olgan - Article

Pizzicato 20/04/2022 : Die ausgeprägten Sinne der Madame Bovary
Translation - …With his interpretations here he does justice to the novel above all by transferring the ‘sensualité’, i.e. the special sensitivity of the senses of the Madame to his handling of the keyboard. In this way he draws a deeply sensitive picture of the music and thus of the time. However, this is of course not free of surges of the soul and according to the language of the music in his portrait. With as clear a touch as he does thoughtful structuring, he offers a picture of the tranquil life in the French provinces rather than the struggles of the heart, though these are not lacking. Uwe Krusch - Review in full

L’Alsace 17/04/2022 : Le disque du jour : David Kadouch à la rencontre de Mme Bovary
…Le pianiste niçois s’est demandé quelles auraient été ses musiques de chevet et si le choix de Chopin, Fanny Mendelssohn, Clara Schuman, Liszt, Pauline Viardot, Von Dohnanyi ou Louise Farrenc aurait pu la détourner de son tragique destin. Dans le roman de Flaubert, Emma Bovary abandonne la musique. Au XXIe  siècle, David Kadouch la réconcilie avec de pures merveilles pianistiques qui deviennent la bande-son de rêves éveillés. De l’irrésistible valse du ballet Coppélia aux Nocturnes qui évoquent à la fois la solitude, les tourments et la méditation crépusculaire, tout ici est d’un romantisme absolu, sublimé par l’interprétation fluide et sensible d’un David Kadouch sous le charme de sa muse de papier.  T.B. - Article

DNA 17/04/2022 : Le disque du jour : David Kadouch à la rencontre de Mme Bovary
… de pures merveilles pianistiques qui deviennent la bande-son de rêves éveillés. ..., tout ici est d’un romantisme absolu, sublimé par l’interprétation fluide et sensible d’un David Kadouch sous le charme de sa muse de papier. T.B. - Article

Dcsaudio.com March 2022 : Les musiques de Madame Bovary – David Kadouch on Mirare
…Everything about Kadouch’s programming and playing sings with intelligence and integrity.... …, every piece earning its place on grounds of both programming and musical quality. The Liszt is a highlight for Kadouch’s depth of soft, poetic expression, and his beautifully judged balancing and voicing of its virtuosic crush of complex lines, particularly when it is all too easy to cheapen this one’s bel canto language. Charlotte Gardner - Review in full

TheArtsDesk 18/02/2022 : Sandrine Piau & David Kadouch at Wigmore Hall - the joy is in the detail
Superb pianist and programme-builder in perfect partnership with the great soprano. …Whereas Piau described the repertoire, almost nonchalantly before performing their encore – Debussy’s “Beau Soir” – as a “new programme from David Kadouch”, there was no disguising the level of careful preparation and forethought which both singer and pianist had put into every nuance. The poetry and the music could be savoured and enjoyed completely; the results were overwhelmingly convincing.
The French language has nothing else like it. Here again, the way Piau and Kadouch were alive to every unexpected twist and turn was palpable. An impressionistic line such as “lune, eau sonore, nuit bénie” carried delight at the unexpectedness of each sensation, Piau soaring effortlessly into head-voice. This was just one of many quite remarkable moments.
David Kadouch is a wonderful pianist.  …the pianist has just four bars to set the mood and the pacing and to capture the audience’s attention. He did that remarkably. All through the recital his musicianship and empathy were exemplary. From the full-stretch Mendelssohnian busy-ness of Clara Schumann’s “Loreley” to the hushed finality of an angel passing through an empty house in the Debussy/Baudelaire “La mort des amants”, his playing was subtle and magnificent. Sebastian Scotney - Review in full

Bachtrack 29/11/2021 : David Kadouch & Brussels Philharmonic
…C’est le pianiste français David Kadouch qui remplace Nicholas Angelich (annoncé souffrant) pour un Deuxième Concerto pour piano de Camille Saint-Saëns assez personnel. Il s’attaque avec une forme de solennité à cette musique très colorée, s’ouvrant au fur et à mesure à des teintes de plus en plus riches et profondes. Le toucher de David Kadouch est subtil et transparent et s’accorde avec grande souplesse à une vision onirique du premier mouvement. …. les violons presque rêches et les sons percussifs de l’orchestre mettent d’autant plus en valeur la liquidité absolue du jeu de Kadouch. Si l’on admire la fougue, la poésie et la transparence du pianiste niçois dans Saint-Saëns, elle se révèle encore davantage dans la magnifique Sérénade de Pauline Viardot qu’il donnera en bis. Valentin Gautron - Article

Wukali.com 18/08/2021: En un mot, quand musique et littérature se rencontrent, le cocktail est délicieux
Puis, le pianiste nous emmène vers Chopin: Trois Nocturnes opus 9  - …Des interprétations pourtant tout en « douceur » : tout y est subtil, suggéré, presque « féminin », jamais surligné. ... Chopin encore dans le bis, la Valse op. 64 n°2 en do dièse mineur. Une valse que le pianiste nous présente dans toute sa gravité et sa mélancolie
David Kadouch est puissant dans son jeu, son bras tout entier se soulève, ses épaules, ses poignets, s’animent, le geste est théâtralisé mais rien n’est jamais trop fort, jamais scandé ou martelé. Il ne va pas « nous chercher », on va vers lui.  Et lorsque ses doigts nous chuchotent encore les moments plus secrets et mystérieux de la partition, on est envouté ! Pétra Wauters - Article

Concertclassic 16/08/2021 : « Regards de femmes » au 41e Festival de la Roque d’Anthéron – La journée des compositrices
… « Madame Bovary » …. Quatre numéros de Das Jahr (L’Année), splendide cahier de Fanny Mendelssohn ponctuent le programme  et, par la finesse et la sensibilité que l’interprète leur apporte contribuent au caractère intimiste et à la grande intensité poétique de son récital.
… les Réminiscences lisztiennes de l’opéra de Donizetti ne pouvaient faire défaut au récital de David Kadouch. La pièce peut se concevoir de façon plus extravertie, mais l’intériorisation que le pianiste revendique – quel contrôle de la sonorité ! – donne le sentiment de plonger dans la psyché d’une certaine Emma .... Alain Cochard - Article

Journalzibeline.fr Août 2021 : David Kadouch  à La Roque d’Anthéron : récital féministe
David Kadouch proposait dans le cadre de la journée intitulée « Regards de femmes » un récital autour du roman Madame Bovary en partageant sa lecture illustrée de pièces écrites par des femmes. …Touches effleurées, le pianiste évoque par son jeu celui du compositeur dans les salons où l’assistance suspendait son souffle pour l’entendre dit-on. …. David Kadouch offre une interprétation fine et élégante des Variations sur un thème de Robert Schumann par Clara Schumann.
En bis, deux échos délicats, … Maryvonne Colombani - Review

Pizzicato.lu 28/10/2019: David Kadouch – CD Revolution, Abschied, Verlust
Translation - Kadouch plays Beethoven’s sonata Les Adieux with a very personal sense of rhythm. Chopin’s Revolution Etude and the First Scherzo follow brilliantly, Funérailles by Franz Liszt is dramaturgically well-structured between contemplation and drama. Janacek’s Sonata 1.X.1905 was composed as a musical reaction to a brutal police intervention against Janacek’s uprising Moravian countrymen. In this alternation of protest, sadness and fear, Kadouch creates tension and thus expresses very well Janacek’s inner revolt. Remy Franck  - Article

OpusKlassiek Oktober 2019: CD Révolution
…Kadouch' (muzikale) grammatica, zijn techniek, zijn cultuur en zijn smaak vormen samen de perfecte onderbouwing voor dit bijzonder fraaie recital, waarin iedere steen wordt omgewenteld en geleidelijk aan het beeld ontstaat van wat ik maar een paradox noem: schoonheid en lijden die artistiek onlosmakelijk met elkaar worden verenigd. Aart van der Wal – Artikel

De Standaard 2/10/2019:  Boesmans: Fin de nuit - David Kadouch & Orchestre Philharmonique Royal de Liège
Philippe Boesmans moet een ochtendmens zijn. In zijn nieuwe stuk ‘Fin de nuit’ dient een kakelende piano als wekker voor een orkest in troebele ochtendslaap. De sferenmagiër in Boesmans is druk aan het woord. Dansen met schuin gedrapeerde melodieën of spannende achtervolgingsscènes – het hangt stevig aan elkaar met terugkerende ideetjes. David Kadouch, voor wie het werk geschreven is, tolt vrolijk pianospelend mee in de maalstroom, nu eens in kostuum van een mystiek genie, dan weer als oude jazzpianist. (avb) Artikel 

Classiquenews.com 22/08/2019: Le Clic de Classiquenews CD Révolution
…David kadouch fait partie des rares interprètes au toucher savoureux, capable d’une articulation nuancée, sachant murmurer ou rugir quand il le faut ; toujours au service de l’intériorité des oeuvres. A ces qualités, il ajoute dans ce nouvel album, une qualité complémentaire, celle de l’intelligence conceptrice. ...L’engagement du pianiste, son sens de la couleur et des atmosphères, sa pudeur surtout confirment quel grand interprète il est. Voici assurément l’un des meilleurs récital du pianiste français.  Hugo Papbst - Article

Crescendo-magazine.be 4/03/2019 : Boesmans (David Kadouch) et Ravel avec l'OPRL sous la baguette de Gergely Madaras
Philippe Boesmans  “Fin de nuit” pour piano et orchestre  - … La seconde partie “Envois” introduit le piano,... Le pianiste David Kadouch est tout à son aise dans cette pièce où son sens de la narration et sa gestion des couleurs font merveilles. La pièce remporte un beau succès public et David Kadouch revient sur scène pour un extrait des Tunes du même Philippe Boesmans. Pierre-Jean Tribot – Article

Vanclassicalmusic.com 16/03/2019: Sterling Beethoven from David Kadouch
Beethoven’s 3rd Piano Concerto - …His Beethoven with the VSO on this occasion was quite exceptional, displaying unusual emotional commitment, insight and technical aplomb, … The pianist also exudes evident charisma, moves with the tensile grace and power of a dancer, and his gestures seem to emanate from somewhere deep in his solar plexus. The effect is strongly sensual; his command of gesture makes sound and structure visible at once. Technically, this performance of Beethoven’s C minor Concerto was a virtuoso performance, the pianist fully enlisting the roster of technique required to make the music fully live. ... The pianist’s pacing of the concerto was estimable. .... a demonstration of architecture and line made visible and audible in the moment. ... This was Beethoven playing at its finest.  VCM Staff 2019 – Review in full

 

top