Home     Artists    Contact
WEINSTADT ARTISTS MANAGEMENT
 
 

Back to artist

 
Reviews MODIGLIANI QUARTET
 

The Arts Fuse 24/05/2021 : Quatour Modigliani plays Haydn, Bartók, and Mozart
…: the musical results – blazingly played and flawlessly recorded – speak for themselves. Quatour Modigliani’s new survey of string quartets by Haydn, Bartók, and Mozart is, on the one hand, an exercise in playing of unfailing elegance and warmth. …The outer movements of the Haydn (op. 72, no. 1) are spirited and rhythmically tight, the music’s bold contrasts of dynamics and tone strongly delineated. There’s an infectious rusticity in the Molinari’s playing of the Minuet’s Trio, while the finale is highly characterful.
Mozart (K. 465) - …The first movement’s pungent introduction is plenty intense …
In the minuet, the group’s playing is genial and fetchingly off-kilter while the finale is executed with sprightly energy and given an impeccable sense of shape.
Bartók’s gritty String Quartet no. 3 - ..; the cello glissandos played with a mix of textural clarity and tonal sumptuousness that’s fully absorbing. The Modigliani’s interpretation also thrives on good balances, never shying away from the density (or knottiness) of Bartók’s writing, but ably balances lucidity with momentum.…Ultimately, the qualities of the Modigliani’s Bartók reading – the terrific blend of angular, granitic playing and sumptuous lyricism; the diaphanous ensemble; the strength of tone; the “right” feel of the interpretation – connect naturally (if less dissonantly) to their Haydn and Mozart offerings. Jonathan Blumhofer – Review in full

The Whole Note 18/03/2021: CD Haydn – Bartók – Mozart
…There’s outstanding playing throughout the CD, but the Mozart, in particular, is absolutely beautiful, with clarity and warmth and a crystal-clear Allegro final movement.  Terry Robbins - Review in full

Crescendo magazine 15/04/2021: Le Quatuor Modigliani radieux dans trois chefs-d’œuvre de Haydn, Bartók et Mozart
Haydn Quatuor Op. 76 N° 2 - … La vigueur est là, mais maîtrisée. Ils ne refusent pas l’expression, mais toujours dans la sobriété. Le drame peut même pointer, mais sans pathos. L’humour ne manque pas non plus, mais tout en finesse. Et puis, quelle élégance, quelle légèreté, quel soin du détail, quel équilibre !
Mozart  Quatuor K. 465 « Les dissonances » -  Nous retrouvons bien sûr les mêmes qualités que dans Haydn, avec une tendresse supplémentaire, inhabituelle ici, mais tout à fait bienvenue. Sans manquer pour autant de vitalité, voici un Mozart jamais nerveux, mais affable, caressant même, chantant, en un mot : lumineux.  Pierde Carrive - Article

Suddeutsche Zeitung 12/04/2021: CD Haydn – Bartok – Mozart
Haydn Op. 76 "Quintenquartett", erklingt so konzentriert, lustvoll, energiegeladen und inspirationsfreudig, als sei es eben komponiert. Béla Bartóks 3. Quartett, so knapp in den melodischen Formulierungen wie vielfältig in den Erkundungen von perkussiven, den Klang verfremdenden oder überspitzenden Instrumentalfarben, verwirklichen die "Modiglianis" als umwerfendes, nahezu orchestrales Ereignis.  Harald Eggebrecht - Resenzion

CHOC de Classica Mars 2021 : CD Haydn-Bartok-Mozart 
... Approche millimétrée ampleur orchestrale, sonorité homogène et individisible : le Quatuor Modigliani reste le Quatuor Modigliani ! …   les Modligiani répondent par un style saisissant de maturité. …  Malgré des tempos pris sans précipitation, jamais le geste, altier, n’empêche l’expressivité, l’humour ou la dans : il suffit d’écouter le chant subtilement affranchi du premier violon, l’alchimie des voix intérieures et la souplesse du violoncelle.  …Fabienne Bouvet

En24news.com 25/03/2021 : Cd: The Modigliani Return To The Fundamentals Of The String Quartet With Haydn, Mozart And Bartok
A very beautiful CD has just been published where one of our best French string quartets, the Modigliani Quartet, gives us an overview of the quartet’s fundamentals around three masters, Haydn, Mozart and Bartok….
A “chamber music” conversation - Large and high quality CD. The way the Modigliani seize the quartet “Les Quintes” is exemplary: power of the attacks, pitch of the tone, accuracy of the sound balance and that with a clarity of the musical texture which gives us to follow what is, in the true sense of the term, a chamber conversation. Roberto L. Rucker – Review in full

Musikzen 15/03/2021 : Trois éminents représentants du quatuor célébrés par les Modigliani
…Reste que dès les premières mesures des Quintes, on salue  une interprétation aux sonorités fines et pointues : tel quel, ce programme concocté par le Quatuor Modigliani est une réussite.  Marc Vignal - Article

Diapason Février 2021 : CD Haydn – Bartok - Mozart
…Nous admirons leur sonorité vif-argent, leur aptitude particulière à varier rapidement climats et couleurs. Leur approche du Quatuor en ré mineur op 76 nr 2 est, dès ses quintes descendantes du début, une joie de tous les instants. Les séquences s’épanouissant à partir du rythme et de la ligne mélodique ont un effet immédiat grâce à la flexibilité, la continuité dans la structure du phrasé que leur confèrent les Modigliani.
La liberté, l’aération et l’extrème transparence de la texture habitent leur vision très personnelle du Quatuor nr 3 de Bartok…..
Quatuor KV 465 de Mozart – Dans le développement du premier sujet (Allegro initial), les Modigliani mettent bien en valeur la richesse soutenue des modulations, des extensions rythmiques. L’ensemble de leur interprétation, notamment dans un mouvement lent d’une puissance quasi extatique, doit être admiré sans réserves pour son style châtié, sa lumineuse acuité. Patrick Szersnovicz

Gang-flow.com 10/02/2021 : Le Quatuor Modigliani porte haut le discours de la liberté
Le Quatuor Modigliani n’en est plus à ses débuts. C’est sans doute la raison pour laquelle son disque Haydn – Bartok – Mozart est une réussite parfaite. …Des pages pleines de vitalité créative que les musiciens du Quatuor Modigliani subliment plus encore de leur jeu harmonieux, ciselé et pétri de finesse. Quand la justesse de l’interprétation se conjugue parfaitement au sens porté par le répertoire choisi, nait un disque qui s’offre et se garde précieusement.  Anne-Sandrine Di Girolamo - Article

Classiquemaispashasbeen.fr 4/02/2021 : La ligne claire des Modigliani
…Les musiciens du Quatuor Modigliani n’auraient pas pu mieux choisir leur nom, tant ils incarnent eux aussi, en tant qu’interprètes, cette capacité rare de souligner la musique par une ligne claire, une idée précise et parfaitement ordonnée du discours. …, les Modigliani ne sont pas un quatuor traditionnel. Faisant fi de la cohérence stylistique, la démonstration de force consiste à jongler sans difficulté entre polyphonie, polyrythmie et contrepoint, sans qu’on sente le moindre effort. Mieux que ça, elle permet de chercher une continuité, d’explorer le dialogue entre deux périodes si différentes. Dans la vie, plus d’un siècle sépare Mozart de Bartók. Dans ce disque ils sont voisins de piste et communiquent dans la patte sonore des musiciens.
…Chaque œuvre y est très précisément exécutée, et aucun compositeur n’est laissé à l’écart d’une interprétation toujours fidèle. Et quelle justesse ! Un diapason ne ferait pas mieux…. Olivier Delaunay - Article

Pizzicato.lu 15/02/2021 :  Wiener Klassik trifft Bartok zum Quartettspiel
Quatuor Modigliani celebrates 15 years of playing together with this release, which is formidable from all points of view. Their interaction has developed into a real ensemble sound, which in particular does not place the first violin in the foreground, but leaves unity in every moment, without therefore leading to a mushy or otherwise unclear listening impression. With a sensitive feeling for the moments in the music, they develop the compositional lines in the movements and also in the context of the work.
Some tempos may at first seem quite moderate. For example, the second movement in Haydn’s quartet, Andante o più tosto Allegretto, … At first impression, one might think that the tempo chosen by the Modiglianis is too slow, rather leisurely than jocular. But the longer one listens to their performance, even repeatedly, the more one agrees with them that they conjure up something kind here, that the music not only carries, but lets it blossom.
Bartok’s Third Quartet clearly shows that they are not only at home with classical music in the narrower sense, i.e. Haydn and Mozart, but also know how to develop their merits in more modern realms. With a modern, but nevertheless or even very cultivated style of playing and intonation, they show that the music of this composer is contemporary and yet can also be understood from a historical perspective. Pure pleasure! Uwe Krusch – Review in full

Bachtrack 6/07/2020 : Sublime Schubert at Rencontres Musicales d’Évian
…The Rencontres Musicales d’Évian has had to reinvent itself this season, offering 6 evenings of chamber music played to an audience restricted to just 150 people, but streamed around the globe. … The recital’s two quintets acted as the perfect foil to each other. For all that the Trout Quintet is limpid streams and pastoral fun, the String Quintet in C major, one of Schubert’s final works, is one of the most profound of musical utterances.
Schubert Trout - …the Modigliani were joined by pianist Bertrand Chamayou and Yann Dubost, ….
The sweet violin of Amaury Coeytaux coaxed a gentle sense of reverie in the Andante before a particularly aggressive Scherzo, cello and bass tucking greedily into the sforzando markings. …Die Forelle is only the basis for that one movement, its lyrical and pictorial qualities infuse the entire quintet and the finale was especially genial, gleaming with French polish.
… The level of concentration and communication between the players was palpable; you could almost hear them listening to each other. The opening movement is a weighty 20 minutes – heavenly length indeed – and François Kieffer and Capuçon revelled in the melting second theme where the two cellos soar above the viola’s bass line. …Time stood still in this haunting lament until the passionate central outburst,... Mark Pullinger - Review in full - This performance was reviewed from the video live stream.

Crescendo-Magazine 22/06/2020 : Un Octuor de Schubert d’une fine subtilité poétique 
…Le Quatuor Modigliani s’est fait remarquer par de belles gravures consacrées notamment à Schumann, Brahms, Mendelssohn, ou Schubert déjà. Leurs accointances avec ce dernier se concrétisent par des phrasés efficaces et équilibrés, et leur partenariat avec les quatre autres solistes n’est jamais pris en défaut. Parmi ceux-ci, il y a la clarinette de Sabine Meyer, magique et chantante, qui, dans l’Adagio, atteint des sommets de tendresse. Il y a encore le basson raffiné de Dag Jensen, le cor de Bruno Schneider qui apporte sa sonorité chaude et rêveuse, et la contrebasse nostalgique de Karl Erik Sundquist. Tout cela baigne dans un perpétuel renouvellement de timbres à la fois fondus et bien diversifiés, comme dans un tableau qui esquisserait avec délicatesse un paysage gonflé de lyrisme, où la joie de vivre serait la comparse d’une tristesse sous-jacente. Un mariage qui ne peut, dans le cas de Schubert, qu’être celui de la permission de toucher l’éternité du bout des doigts.…. Ce CD est à placer parmi les références modernes de cet admirable Octuor. Jean Lacroix -   Article
Son : 10  Livret : 10  Répertoire : 10  Interprétation : 10

OpusKlassiek Mei 2020 : CD Schubert: Octet in F, D 803
….Voor de uitvoering van het octet is door het Franse label Mirare een aantal topmusici bij elkaar gebracht: het zijn uitsluitend klinkende namen, van het Quatuor Modigliani, Sabine Meyer (klarinettiste), …. Weliswaar een gelegenheidsensemble, maar zo klinkt het – gelukkig! – niet. Integendeel, de coherentie is groot, de spontaniteit is er niet minder om en de lyriek (Adagio, Andante) kan vrijelijk stromen. Er wordt hier zoveel ervaring in het spel gebracht dat het eigenlijk niet anders kan dan dat puur technische aspecten als klankvorming en balans tot de vanzelfsprekendheden behoren. En wie, zoals hier, technisch losstaat van de materie kan pas echt artistieke invulling geven aan het voorliggende discours. © Aart van der Wal - Artikel

Diapason 22/01/2020 : Paris, capitale du quatuor à cordes
En moins de 24 heures, cinq des plus illustres formations se sont produites à Paris. Quatre dans le cadre de la désormais célèbre Biennale organisée à la Cité de la Musique, la dernière en poursuivant son intégrale beethovenienne entamée à l'automne dernier.
Samedi 18 janvier : le Quatuor Modigliani ouvre le bal, démontrant une fois encore l'élégance de son style dans un 4e de Beethoven très pur, comme sa capacité à envoûter son public dans le 3e de Tchaïkovski - bouleversant Andante funebre e doloroso. Avec pour témoin le silence d'une salle tout entière suspendue au souffle des musiciens ! © Jean-Michel Molkhou - Article

Bachtrack 30/08/2019 : Sur les cimes du Gstaad Menuhin Festival, les tons impressionnistes du Quatuor Modigliani
…Quatuor de Debussy, le Quatuor n° 6 de Hersant et une rareté le Quatuor n° 1 de Saint-Saëns. Ce programme est de ceux dont la cohérence transcende les époques, pour réunir trois figures pas si lointaines sous un même contrat de pensée. L'idée est forte. Et l'exécution remarquable.
Quatuor de Debussy - .. Les nuances sont franches, le phrasé frappé d'un véritable souci d'articulation. Tout en souplesse, le violoncelliste François Kieffer imprime un très léger rubato que les violonistes Amaury Coeytaux et Loïc Rio s'empressent d'amortir avec une évidence toute naturelle. …
Quatuor n° 1 de Saint-Saëns - … les Modigliani s'illustrent par des effets de zoom sonore vertigineux qui, en quelques instants, font du piano le plus sensible un forte aux semelles de plomb. Le « Molto Adagio » qui suit est une splendide cavatine. Amaury Coeytaux nous tire des larmes, s'autorisant même quelques glissades qui donnent la chair de poule, et ce sans la moindre trace de kitsch (l'exploit est là !). Un vigoureux finale achève le concert. Ici, tout fonctionne : la gestion des passages fugato, les rythmes bondissants, les accents hispanisants de la partition, la gestion de la charge émotionnelle. Ce soir, le Quatuor Modigliani a prouvé sa parfaite compréhension de son pays, sous toutes ses formes. ©Pierre Liscia - Article

Bachtrack 3/07/2019 : Un cycle de leaders : le Quatuor Modigliani honore Brahms à Évian
… le Quatuor Modigliani se montre capable des plus belles métamorphoses sonores : tandis que le premier violon d’Amaury Coeytaux s’extirpe sans difficulté de l’ensemble en jouant de son vibrato intense (quel « Andante » de l’opus 67 !), l’alto délicat de Laurent Marfaing se coule volontiers dans le second violon de Loïc Rio pour fournir un cœur de quatuor palpitant, parfaitement homogène. Mais l’altiste sait aussi se transformer en basse soyeuse quand le violoncelle de François Kieffer se lance dans son registre aigu. Les deux graves préfèrent généralement la souplesse à la solidité ; Marfaing le révèlera dans un scherzo de l’opus 67 plus aimable que bravache. Loin des basses ancrées de certains de ses homologues, Kieffer adopte pour sa part un jeu essentiellement mouvant, mêlant son timbre au trio des voix aiguës. Le quatuor respire alors de concert, dans des flux et reflux parfaitement dessinés : le deuxième mouvement de l’opus 51 n° 1 – « Romanze » qui n’en a que le nom – sera un exemple de lyrisme à voix égales, porté par un seul souffle.
Même constat lors du mouvement suivant, où la pureté du chant l’emporte sur les appuis de la danse. Si les places d’archet sont partout réglées au millimètre, les Modigliani ne font pas de la chirurgie pour le plaisir ; cette précision permet avant tout d’incarner les moindres variations de dynamique ou de tempo, donnant au discours toute son éloquence.
..Ovation. À Évian, Brahms est roi. Et les Modigliani en sont les parfaits ambassadeurs. ©Tristan Labouret - Article

Les Echos Juillet 2019: Concerts Brahms mémorables aux Rencontres d'Evian - Impressionante Solidité
Brahms encore, …celui du Quatuor Modigliani, qui partage la direction artistique des Rencontres musicales avec Philippe Bernhard, ex-premier violon dudit quatuor. Dans un style d'une impressionnante solidité (homogénéité, écoute mutuelle, sûreté du trait, justesse malgré, à nouveau une température hostile), les quatre musiciens ont merveilleusement su évoluer de la fougue et de la mélancolie du Quatuor n° 1 (mouvements centraux inoubliables de concentration et de puissance dans la mesure) au souvenir serein du passé qui traverse le n° 3. ©Philippe Venturini - Article

Pizzicato.lu 23/03/2019 : Geburtstagsstrauß mit allen Farbgebungen
Zu seinem 15. Geburtstag veröffentlicht das ‘Modigliano Quartett’ eine Sammlung von Stücken, die teils Solitäre, teils Sätze aus Quartettkompositionen sind. … Den Streichern gelingt es vorzüglich, die jeweiligen Ausrichtungen der Werke zu meistern und so eine Blütenpracht zu entfalten, die einem bunten Frühlingsstrauß gleicht. Dabei achten sie darauf, die Interpretationen nicht leichtfertig im Sinne einer „’Sind ja nur Zugaben’- Mentalität zu skizzieren, sondern widmen sich jedem einzelnen Stück mit Akkuratesse und Spielfreude.
For its 15th birthday Quatuor Modigliani presents a bouquet of small pieces, either parts of quartets or short works. The collection is varied and delightfully played. ©Uwe Krusch - Article

Kulturradio 25/02/2019 : CD Der Woche - Quatuor Modigliani: "Portraits"
…Befreit von der angestrengten Ernsthaftigkeit ambitionierter Streichquartette genießen die vier Herren des Modigliani Quartetts die Leichtigkeit und entspannte Eleganz dieser charmanten Zugabenstücke. Geradezu lässig, fast abgeklärt spielen sie technisch anspruchsvolle Passsagen präzise auf den Punkt. Lyrische Stellen werden schwelgerisch ausgekostet. So malt das Modigliani Quartett auch von sich selbst verschiedene Gesichter, Porträts. ©Sarah Seidl - Artikel

Crescendo-Magazine 11/02/2019 : Flagey Piano Days 2019
Même dans un festival consacré au piano, la musique de chambre ne saurait manquer. …, le quatuor français prit possession de la scène pour une exécution de grande classe du Premier quatuor de Brahms qui permit d’emblée d’apprécier ses qualités. Nous sommes ici face à un ensemble qui donne priorité à la parfaite lisibilité de la partition - on entend toujours quatre instruments dans un équilibre et un fini sonore parfait …Ceci déboucha sur un Brahms fortement dégraissé et invariablement intéressant, tout comme le fut le Deuxième Quintette, Op. 81 de Dvoràk où le jeu clair et stylistiquement très français de Porat se maria idéalement à l’absolue transparence du Quatuor Modigliani pour déboucher sur une interprétation assez inattendue qui fut un véritable triomphe de la ligne claire (en ce compris dans la Dumka, interprétée sans une once de sentimentalisme), là où des approches plus traditionnelles mettent davantage l’accent sur la couleur ou - comme dans le Finale - la verve bondissante. ©Patrice Lieberman - Article

Bachtrack 7/02/2019 : Indivisible et insaisissable Quatuor Modigliani
….Tous les quatuors n’en sont pas là. Les Modigliani si. Ils sont l’incarnation d’une pensée musicale en perpétuelle mutation. De l’ordre d’une spiritualité visionnaire exempte de toute propension narcissique, un lyrisme engagé dans une perfection métrique qui reste d’une grande liberté d’intention. Prise de risque permanente ? Mais ce n’est là qu’apparence. Chez eux, la discipline est sœur de l’imagination. Lecture vigoureuse, rigoureuse, habitée d’un souffle puissant : on y chercherait en vain la cosmétique de l’effet de manche ou la moindre esbroufe. De l’opus 18 n° 5 de Beethoven à Brahms et son opus 51 n° 2 en passant par le Quatuor de Debussy, pour conclure en rappel sur l’Intermezzo de Korngold et la « Polka » tirée de L’Âge d’or de Chostakovitch, ils sont un et indivisibles de bout en bout : ils sont eux-mêmes et reconnaissables entre tous.
Leur Debussy se vit comme un modèle du genre : lecture passionnée, musclée  -… Il déploie sous nos yeux les transparences liquides et cristallines de l’« Assez vif », les frémissements amoureux d’un « Andantino » que dessinent de subtils glissandi, reflets d’une errance sensuelle, jusqu’à cette insistance inattendue d’une inspiration non dénuée de sacralité dans le finale.
Quatuor n° 2 de Brahms … Les Modigliani en résolvent les complexités latentes, jamais avouées, avec cette égale finesse d’analyse dont l’enthousiasme et le plaisir demeurent le maître mot. La passion s’y conte à l’aune d’une folie heureuse traversée de subites métamorphoses, suppliques et fougueux emportements. Ils signent leur interprétation inspirante par une réflexion en profondeur dans la psyché brahmsienne. ©Roland Duclos - Article

La Montagne.fr 5/02/2019 : Le Quatuor Modigliani impose son élégance à l'opéra de Clermont
…, ils ont offert Beethoven dans toute sa fraîcheur. Leur style racé et conquérant a fait merveille dans le quatuor opus 18 n°5,
…le quatuor de Debussy -… La passion pour la modernité du compositeur s’exprime ici à travers une magnifique palette qui va de la volupté à l’intense introspection.
Équilibre, souplesse et unité ont enfin permis au Quatuor Modigliani de traduire le langage dense de Brahms (quatuor en ut mineur, opus 51 n°2) qui profite dans ce final sombre, de somptueuses couleurs. Article

Classiquenews.com 8/12/2018 : Le Quatuor Modigliani à Sceaux
La Schubertiade - Au programme, le Quatuor Modigliani interprète trois quatuors, genre majeur de la musique de chambre, 3 partitions marquantes de la musique au XVIIIè et au XIXè : le Quatuor K. 465 « Les Dissonances » de Mozart ; le Quartettsatz de Schubert, enfin le seul Quatuor de Debussy, ……La sensibilité étonnante du Quatuor Modigliani, qui allie profondeur, énergie, précision technicienne, regard poétique et esprit de synthèse, apporte aujourd’hui un regard passionnant : un rv incontournable pour tous les amateurs de musique de chambre.  ©Alban Deags - Review

Theaterjones.com 23/11/2018 : The Modligiani Quartet returned to town, on the Dallas Chamber Music Society series, with a stunning performance.
…The Dallas Chamber Music Society presented the welcome return of the Paris-based Modigliani Quartet at Southern Methodist University's Caruth Auditorium. The last time they were here, they presented a terrific concert. This time, they were even better, performing Haydn’s Quartet in D Minor, Op. 76, No. 2, “Quinten”; and Ravel’s Quartet in F Major.
The program opened with the Haydn, titled “Quinten.”-  This performance was so clean that the listener could follow Haydn’s virtuoso compositional technique as be based the entire first movement on this single interval theme.
Haydn filled his work witty humor, something Beethoven learned from him, and it is so often played too seriously. Not this time. Their enjoyment was contagious and many in the audience gained a new appreciation for the musical jokes of Papa Haydn.
…, the Ravel was simply marvelous and, as such, hard to describe. You had to be there.
Dvořák’s Piano Quintet, Op. 81 - The opening theme is one of the most beautiful in the repertoire and cellist Kieffer made the most of it. He played it sauced in romanticism yet maintained its simplistic style. This is one piece in which it is welcome to repeat the exposition, as this group did.
The work is infused with Czech songs and dances and the ensemble caught that mood precisely. Pianist Fabio Bidini fit right into the ensemble. He would rise to prominence when required and then retreat back to the texture. …If the Modigliani Quartet returns to DFW, mark your calendar. You will be glad you did. ©Gregory Sullivan Isaacs - Review in full

LesEchos.fr 3/07/2018 : Rencontres d'Evian : tout pour la musique
…Russie toujours avec le « Souvenir de Florence » de Tchaïkovski , sextuor à cordes associant Veronika Hagen et son frère Clemens au Quatuor Modigliani, porté par un souffle quasi orchestral et une écoute collective d'une rare subtilité. Auparavant le Quatuor Modigliani, à l'origine du renouveau des Rencontres musicales, faisait entendre un Mozart (« Quatuor « Les Dissonances » ») nimbé d'une lumière de vitrail dont la mélancolie se mêle à la séduction d'un opéra imaginaire pour cordes.
Dans ces programmes toujours habilement conçus, la musique contemporaine et les oeuvres rares (Elgar, Bridge, Dohnanyi) trouvent une juste place et l'oreille du public. « Terra Memoria » que la compositrice finlandaise Kaija Saariaho a dédié « à ceux qui sont partis » fut ainsi interprété avec une singulière puissance dramatique par les Modigliani dans un silence religieux. © Philippe Venturini - Article

Concertclassic 11/06/2018: Nuit du quatuor Français au 6ième Festival Bru Zane - Rareté et caractère
23h... Le moment est venu pour le Quatuor Modigliani d’entrer en scène … ,le 3ème Quatuor en mi bémol majeur de J. C. de Arriaga, mené avec une parfaite alliance de simplicité, de tendresse et d’impatience, fait figure de souriant intermède avant la plongée dans l’immense Quatuor n° 1 de Camille Saint-Saëns. …Académique Saint-Saëns ? A tous ceux qui profèrent pareille ânerie, il faudrait – après contrôle des capacités auditives – opposer le Quatuor n° 1, surtout dans une interprétation aussi dominée que celle-ci. Entraîné par le splendide premier violon d’Amaury Coeytaux, l’Opus 112 se déploie avec autant de force dans l’architecture que de raffinement sonore. Son souffle intense emporte tout sur son passage et laisse l’auditoire un peu groggy par tant de beauté - et oui, Saint-Saëns n’est pas celui que l’on croit... Magistrale conclusion à une soirée de musique de chambre déjà inscrite dans les annales ! © Alain Cochard - Article

Resmusica 6/06/2018: Nuit du quatuor à cordes aux Bouffes du Nord
Troisième quatuor Juan Crisóstomo de Arriaga - … Les Modigliani, à la sonorité très tranchante et quasi symphonique, ont déjà enregistré le Quatuor d’Arriaga au sein de leur beau disque « Intuitions » : ils jouent ici aussi la carte de l’audace et du geste incisif par d’habiles clairs-obscurs et une science éprouvée des nuances.
Pour clore ce marathon musical, le prestigieux ensemble français choisit le Premier quatuor opus 112 de Saint-Saëns …. Ici, les quatre musiciens font montre d’un sens éprouvé de l’architecture (imposant Allegro initial), d’un humour sardonique (Molto allegro), d’une sensibilité pudique (Molto adagio écrit dans le souvenir des grands mouvements lents beethovéniens) et d’un sens global de la fluidité, tantôt par la mise en valeur des grandes lignes mélodiques, tantôt par celle de l’éclatement des cellules motiviques aux quatre instruments. Accordons une mention spéciale au premier violon Amaury Coeytaux, extrêmement sollicité par l’écriture singulièrement virtuose de sa partie.© Benedict Hévry - Article

Seenandheard-international.com 15//01/2018: Musical Excellence from the Modigliani Quartet at the Wigmore Hall
Haydn’s G major Quartet, op.54 no.1 - … from this first movement onward, formal process and dynamism were apparent, attentiveness of mutual listening equally clear. Modulatory development witnessed a relative, although only relative, withdrawal of vibrato, as it subtly to underline Haydn’s questing. Its concision was breathtaking, almost Webern-like. … Rigour and fun proved inseparable in the finale: a properly Haydnesque combination. Both work and performance evinced sheer delight in musical argument: an object lesson in navigation of the overarching tonal universe and of the particularities of this work.© Mark Berry - Article

 

top