Home     Artists     Contact
 
 
 

Back to artist

 
Reviews HAGEN QUARTETT
 

Concertclassic 24/02/2019 : Chostakovitch, Dvorak, Schubert.
…L’équilibre entre les quatre instrumentistes est inhabituel, toujours mouvant mais sans établir de hiérarchie. La personnalité généreuse de Veronika Hagen à l’alto en particulier et sa riche sonorité, la mettant souvent  en exergue. La rondeur du son obtenue par ce quatuor, le confort, la solidité et la plénitude du jeux sont inouïes. Les nuances sont incroyablement variées et toujours abordées avec une grande justesse de phrasé.
Le son incroyable du Quatuor Hagen
…Dans Dvorak, la mélancolie et les couleurs fauves ont été magnifiques et toujours dans cette perfection sonore inégalable. Dans le plus célèbre quatuor romantique : La jeune fille et la mort de Schubert, la plénitude sonore a été magnifique, les grandes phrase se sont déployées avec aisance et l’implacabilité de la mort bien présente. Que de beauté dans ces contrastes, ces menaces, ces prières et ces fuites. La puissance de quatre instruments à cordes a rarement été aussi perceptible que dans des crescendo incroyables… Les Hagen sont toujours l’un des meilleurs quatuors du monde avec un son inégalé … Ils ont bissé l’Andante du quatuor de Chostakovitch dans une nuance piano exquise. Hubert Stoecklin - Article

Concertonet 27/01/2019 : Romantisme affleurant
…, dès les premières mesures du Mozart Quatuor K. 387, les contrastes dynamiques sont extrêmes, les pauses marquées avec emphase et les oppositions dramatisées. Remarquons que tout cela est bien écrit dans la partition, et qu’une telle approche, libérée du rigide corset classique, permet d’en révéler l’aspect novateur.
Schubert : Quatuor n° 8, D. 112 - … Des phrases qui sembleraient naïves prennent ici une tournure dramatique prémonitoire des grandes œuvres du compositeur: l’exemple le plus extrême est peut-être le trio du troisième mouvement, en apparence enfantin avec ces deux voix doublées à l’octave, mais qui paraît ce soir comme suspendu au-dessus d’un précipice. Si derrière certains thèmes transparaît encore la plume du novice, la magnificence formelle dans laquelle les immergent les interprètes les transcende absolument.
Le style de ce quatuor semble s’être encore radicalisé avec les années, avec un bonheur tout particulier dans la musique romantique – comme le démontre aussi le bis, un extrait du Troisième Quatuor de Schumann offrant un Assai agitato soulevé de vagues passionnées …Dimitri Finker - Article

Klassiek-centraal.be 8/12/2018: Een avond vol Weens genot
Haydn opus 55/3. En ja, je kan op die strijkkwartetten uitgekeken raken (hij schreef er ten slotte tientallen). Je kan het soms zelfs saai vinden. Maar als een gezelschap als dit er al de finesses uithaalt, geniet je toch door en door van die klankweelde.
Mozart. klarinetkwintet ofte Stadler-kwintet - …het Hagen Quartett overtrof zichzelf. Het leek wel of de komst van klarinettist Daniel Ottensamer, solo  klarinettist bij de Wiener Philharmoniker, het spel van de leden aanscherpte. Qua intensiteit en kwaliteit schakelden ze nog een versnelling hoger. En hun samenspel klonk nog subtieler. Zo zacht als de strijkers klonk ook de klarinettist. Roger Creyf - Kritiek

LesEchos.fr 3/07/2018 : Rencontres d'Evian : tout pour la musique
…Pari tenu dès son ouverture (samedi 30 juin), assurée par le prestigieux Quatuor Hagen. Réputé pour son haut niveau d'accomplissement artistique, l'ensemble allemand n'avait pas choisi les pages les plus connues de Beethoven (« Quatuor n° 3 ») et de Chostakovitch (« Quatuor n° 4 »), ce dernier illustrant la thématique russe choisie cette année. Et son jeu, beaucoup moins expressionniste qu'à ses débuts dans les années 1980, oblige à une forte concentration. « Effort » mille fois récompensé par une sonorité stupéfiante d'unité, comme si le quatuor n'était plus qu'un unique instrument à seize cordes de soie, dont les plus infimes vibrations restituent avec la précision d'un sismographe les audaces de compositeurs qui font trembler les fondements du classicisme ou qui ouvrent de nouveaux horizons (Quatuor de Debussy).
MUSIQUE CONTEMPORAINE
Russie toujours avec le « Souvenir de Florence » de Tchaïkovski, sextuor à cordes associant Veronika Hagen et son frère Clemens au Quatuor Modigliani, porté par un souffle quasi orchestral et une écoute collective d'une rare subtilité. Philippe Venturini - Article

Bachtrack 4/05/2018: The Hagen Quartet’s Mozart: a triumph of communication
In sum, the versatility, timing, dialogues and superb technique of the Hagen made its achievement at the Tonhalle nothing short of four fine voices performing like a multifaceted one. Hands down, the quartet made for a magical moment that – not surprisingly – brought the thoroughly exhilarated audience to its feet. Sarah Batschelet – Review in full

Bachtrack 10/04/2018: Mesmerising: The Hagen Quartet at the Festival de Pâques
…Beethoven’s Quartet no. 3 in D major - … The delicately questioning violin seemed to stroke a lock of the other’s hair; the viola raised its eyes in bashful response. That at least was how it sounded, and as an entrée to the recital it was a moment as touching as it was powerful. From then on the movement unfolded with an elegant playfulness that felt fractionally over-refined but nevertheless projected a shared joy.
Webern’s String Quartet in E major - … The Hagens had its measure, and from the astringency of the second movement to the mellow finale the conviction of their playing was mesmerising.String Quartet in G minor by Debussy - …The Hagens’ most affecting movement was the finale, with its mournful echo of the opening movement’s first subject – a mood that inspired all four musicians to their most luminous playing. Mark Valencia - Review in full

Seen & heard International 1/02/2018 : Widmann and the Hagen Quartet Penetrate to the Heart of Mozart’s Clarinet Quintet.
Mozart’s Clarinet Quintet - …. The utter perfection of Mozart’s work shone through. …
This was as attentive a performance as anyone might have hoped for. Beauty of tone was certainly present, yet expressive, not a mere end in itself. Mozart’s formal concision as well as dynamism shone through, … Mozart’s music sang as if this were the only way to sing it. …. Mark Berry - Review in full

Resmusica 28/01/2018 : Les Hagen et Jörg Widmann pour terminer la Biennale de quatuors 
…Plus que la création de Widmann compositeur, ce sont des interprètes d’exception qui font tout le prix de cette soirée de clôture. …. la qualité du dialogue chambriste entre les cinq musiciens, la simple éloquence de leur interprétation font merveille. Les Hagen avaient entamé le concert par le rare Quatuor composé par Webern en 1905, œuvre de jeunesse certes, mais œuvre passionnante, que les Hagen jouent très justement comme une œuvre d’entre-deux, entre les riches effluves d’une nature post-romantique et le pressentiment d’un monde musical nouveau. On comprend, décidément, pourquoi le quatuor Hagen se voit à nouveau proposer l’honneur de clore l’indispensable Biennale parisienne. Dominique Adrian - Article

Bachtrack 4/3/2017: Consistency and acumen: Hagen Quartet shines in Zankel Hall
The four members of the ensemble truly play like a single organism. At the same time, they still share with their listeners a tremendous pleasure of exploring together all the corners of the repertoire.
The Hagens underlined the music’s dynamism and unruliness, the unconventional choice of rhythmic patterns, the outbursts of energy. They drew attention to such special moments as the unexpected switch to E flat during a little fugato at the beginning of the Allegro’s development section….Particularly beautiful was the abrupt back and forth transition from the Adagios warm line to a fidgety Allegro, evoking a similar pattern used by Haydn in the last part of his C Major quartet, Op.54, no. 2.
Bartók Third  Quartet - …The interpreters here made sure that listeners new to the piece could enjoy the many coloristic effects and the enticing syncopated rhythms. For those more interested in the quartet’s extraordinary inner structures, the Hagens highlighted the wealth of contrapuntal methods Bartók freely uses and the difficult to recognize transformations occurring in the recapitulations.
… The Hagens always perform music of the highest quality and their visits to New York are so rare that any occasion to follow them in a live concert should be truly cherished. - Edward Sava-Segal - Full article

Concertclassic.com 4/11/2016: Le Quatuor Hagen à l’Auditorium du Louvre – Evidente perfection
Les Quatuors de Haydn représentent l’alpha et l’oméga de la musique de chambre et leur perfection nécessite des interprètes capables d’en extraire toute la substantifique moelle. Dans cette musique exigeante, les Hagen (photo), par la beauté sonore des quatre instruments, la souplesse mélodique, la transparence et le sens de l’architecture, atteignent une forme de perfection. … La plasticité de leur jeu, l’équilibre idéal comme le soin apporté à chaque détail ont valeur d’évidence.
Dès le Quatuor n°1 en sol majeur, la séduction opère, et le Quatuor en ut majeur « L’Empereur » manifeste une homogénéité de tous les instants dans une prégnante entente fraternelle. Le Quatuor n° 5 en ré majeur regorge de vivacité rythmique et de subtilité, … cette formation si soudée donnent une impression de plénitude et de pur bonheur musical. - Michel Le Naour - Full article

Concertonet.com 24/06/2016: Un grand sentiment de liberté
Les Hagen semblent considérer chaque concert comme une occasion de remettre en jeu leur réputation, construisant leurs phrasés comme une exploration vers des continents musicaux inconnus. … L’approche du Quatorzième Quatuor de Chostakovitch est admirable de nuances et de coloris, offrant d’imperceptibles glissements entre les thèmes.
Dans le Quatuor «Rosamonde» de Schubert, les interprètes enrichissent la partition en combinant de manière simultanée des caractéristiques souvent antithétiques: … Les éclairages sont toujours mouvants et les recherches de timbres vont parfois très loin dans la modernité … Le thème du dernier mouvement offre la parfaite illustration de cet art consommé de la variation: …
L’équilibre prodigieux des quatre musiciens les autorise à toutes les prises de risque sans jamais compromettre la cohérence de l’ensemble; le second violon Rainer Schmidt y contribue immensément, apportant une perspective et un contrepoids
parfaitement dosés à Lukas Hagen. Il est rare, même dans les grands quatuors, d’entendre deux violons aussi naturellement complémentaire. - Dimitri Finker - Full article

Diapason Février 2016: CD Mozart: String Quartets K387 & K458 - dedicated to Joseph Haydn
…. Est-ce leur génial cycle Beethoven, en 2013, qui a montré aux Hagen la voie d'un Mozart aussi expérimental ? Est-ce d'avoir à leur disposition depuis deux ans le "quatuor Paganini" ? Il faut croire que ce lot de Stradivarius, longtemps joué par le Quatuor de Tokyo, a stimulé jusqu'aux racines de leur imagination et ouvert de nouvelles possibilités sous leurs doigts. On devine partout, sous l'évidente sophistication, une tendresse plus épanouie qu'hier. Et la couleur s'émancipe ….
La domination intellectuelle et technique du propos a de quoi sidérer, et pourtant elle se fait oublier derrière sa force magnétique de séduction. - Gaëtan Naulleau

Resmusica 1/02/2016: Le Quatuor Hagen en méditation
Ce programme austère séduit le public parce que le Quatuor Hagen semble énoncer avec simplicité des évidences malgré le propos et malgré la difficulté technique et expressive de ces deux œuvres.
Chostakovitch Quatuor à cordes n° 15 - …l’émotion qui vous étreint dès les premières notes du second violon dans l’Élégie initiale ; … La fugue est énoncée avec dépouillement par les quatre musiciens sans vibrato ou presque, et avec une sonorité un peu granuleuse qui laisse la chair de poule. Six mouvements lents ne sont pas de trop pour le Quatuor Hagen, afin de nous faire faire le tour des réflexions sur la mort : réflexions oppressantes et lasses surtout, mais parfois avec des cris de révolte comme dans le début des mouvements 2 et 3. Les rythmes pointés, les lambeaux de la mélodie conductrice expriment, avec ces archets maîtrisés, l’ultime révolte et l’ultime acceptation de la mort dans l’Épilogue.
L’interprétation du dernier quatuor de Schubert n’est pas moins remarquable. Dans cette œuvre très développée, ces interprètes savent nous faire voyager à travers les modulations surprenantes de ce compositeur, et ainsi nous faire goûter aux éclairages différents qui teintent les thèmes. Là, le violoncelle chante avec lyrisme, comme dans le premier thème du mouvement initial ; ici, comme dans le scherzo, les trémolos de l’ensemble figurent des elfes diaboliques…: une pure beauté ! Joelle Farenc

Klara.be Januari 2016 Hagen Quartett - Mozart - Strijkkwartetten KV387 en 458
De uitvoering van het Hagen Quartett benadert de perfectie. De jarenlange ervaring stelt dit ensemble in staat om de muziek als één geheel aan te voelen en te brengen, en alles is daarbij uiterst nauwgezet afgewerkt.
Dit is kamermuziek in zijn zuiverste vorm. - Tim Van Thuyne

www.timeout.com.hk 26/10/2015: Hagen Quartet
The Hagen Quartet executed the Mozart quintet with not only gusto and precision, but also remarkable rapport with the clarinettist. ….The high point of the quintet came in the allegretto con variazioni finale, where the frequent changes in mood – between major and minor keys, allegro and adagio, joy and melancholy – offered ample opportunities for the quintet to show off their artistry.
Beethoven’s Quartet No. 14 - ….The Hagen Quartet dexterously captures the constant mood swings and cruises through the many fugue-like contrapuntal passages with consistent accuracy. - Jason Y. Ng

www.bachtrack.com 4/05/2015The Hagen Quartet’s Mozart: a triumph of communication
The internationally acclaimed Hagen Quartett recently performed the 10 works of its Mozart cycle at the Tonhalle. String Quartet in G major, K387, one of the three “Haydn Quartets” featured, there was something almost three-dimensional about the Hagen’s rendition: ….And while the first violin most often set the score, the others alternated the lead in a way that I, for one, have never experienced at another quartet’s performance. All four voices in perfect synchronicity made a true case for equality among the strings.
String Quartet in D minor, K421 - …And in the pizzicato of the final movement, there was an enthusiasm among the four players that seemed to say “Oh, boy!” So much for the variety of sounds and volumes.
After the interval, it was cellist Clemens Hagen who steered the first dynamic of the String Quartet in E flat major, K428. His playing in the first movement spanned a spectrum from the highly muscular to the temperate and highly restrained. … In sum, the versatility, timing, dialogues and superb technique of the Hagen made its achievement at the Tonhalle nothing short of four fine voices performing like a multifaceted one. Hands down, the quartet made for a magical moment that – not surprisingly – brought the thoroughly exhilarated audience to its feet. - Sarah Batschelet

www.theguardian.com 28/01/2015: Mozart celebrated with sparkling spontaneity
G major K387 - …the Hagen Quartet played throughout with an exhilarating immediacy. First violin Lukas Hagen led from the front, always unafraid to explore the tonal and dynamic boundaries of Mozart’s writing. The whole quartet captured the tenderness of the slow movement and the rich contrapuntal textures of the finale with great mastery. There was not a bar that felt like academic ensemble playing.
The D minor quartet K421 followed, a greater work and even more persuasive in the Hagens’ highly expressive approach, which ideally suits the yearning quality of the opening movement. Again, though, there was terrific care and intellectual intensity in the way the quartet captured the fast-changing moods and harmonic changes of the variations finale. - Martin Kettle

www.sfcv.org 3/11/2014: Hagen Quartet Has Its Day in San Francisco
Shostakovich's quartets - …The Hagen played the five-movement quartet with wrenching intensity, the third movement ghostly and almost disembodied, the second all buzzing fury. In the fourth movement, they somehow managed to sound like a small string orchestra rather than a quartet, and the haunted first movement was marvelously sustained.
The opening Mozart, K. 387 in G Major, received a solid, stylistically unremarkable, performance. Clemens Hagen's third movement cello solo was, perhaps, the greatest highlight. - Lisa Hirsch

www.examiner.com 2/11/2014: The Hagen Quartet finally comes to San Francisco, with stunning results
…the major virtue of last night’s performance was the freshness that the Hagen Quartet brought to their interpretation of this score. This began with particularly precise attentiveness to all of Mozart’s dynamic markings, extrapolated into highly compelling (if not suspense-making) phrasing over the many measures in which explicit dynamics are lacking. At the same time there was a spontaneity to the expressiveness of the execution. …This season the Hagen Quartet is touring with ten of Mozart’s quartets, and this was the sort of performance that made the attentive listener hungry for all of them. - Stephen Smoliar

www.peninsulareviews.com 2/11/2014: Carmel Music Society
The pulsating opening of K. 465 (Mozart) by the cello followed in turn by the viola and violins developed into incredibly delicate nuances that left one in an emotional state.Actually, I couldn’t recall an audience that was so drawn into silence and awe by the magnificent sound the members of this quartet created. The opening stop and go of the fourth movement of the K. 499 designated Allegro created a brilliant moment of suspense. The attacks, phrasing, delicate texturing, beautifully choreographed cueing and overall flawless musicianship was evident throughout the entire concert.
Brahms’ Op. 67 - ….The careful thought in delineating moods, subtleties of shading and coloration of the Brahms quartet was well balanced, perfectly voiced and displayed overall pure musical elegance. The Hagen String Quartet created a totally absorbing musical experience alternating between textures of serenity and bold dramatic virtuosity that drew an appreciative response from the large audience. Simply put, the Hagen String Quartet was simply an awesome artistic experience! -  Joe Sekon

www.latimes.com 29/10/2014: Hagen Quartet shows exquisite unity in rare SoCal concert
…the Hagen, two brothers and a sister sharing a strong family resemblance are joined by a tousled, bushy-haired outsider. But the family resemblance in the playing of all four is unmistakable. Employing little vibrato, each produces a similar finely gauged, gleaming tone that blends perfectly with the others.
The players phrase melodies as though finishing each other's thoughts. And yet in solo lines, there is a sense of distinctiveness, each musician bringing something special to an argument yet moving that argument to a higher purpose. This is, in other words, the ideal string quartet. Mozart is a specialty of the Hagen, and the program began with the composer's String Quartet in G, K. 387. ..The Hagen emphasized slippery smooth but also sly grace. The bigger picture was always evident, the forward direction sure. But like ants at work, there was continual movement underneath. It was brilliantly sneaky, even subversive Mozart.
Shostakovich's String Quartet No. 8 was simply brilliant… By focusing each instrument with laser-like intensity on Shostakovichian angst, the Hagen here created an inner narrative in which glassy quiet might be broken by such viscerally and impeccably directed violence that a listener might be tempted to duck the blows. The Hagen clearly can't stand anything not fitting, not being polished to an exquisite degree, …It was an inspiring concert. - Mark Swed

www.klara.be 31/05/2013: CD Beethoven op.18/3, 18/5 & 135
Beethoven op.18 nr.3 - … Het daaropvolgende 'Andante con moto' wordt bij de Hagens een groot lied dat overloopt van de meest verfijnde en speelse muzikale ideeën. En hoe licht, alert en dansant en zetten ze het allegro van het vijfde kwartet in! Om even verderop, in de variaties van het 'Andante cantabile', op meesterlijk beheerste wijze, de grenzen van de dynamiek en timbres van hun instrumenten af te tasten. In het late 16e strijkkwartet lijken de grote kwaliteiten (explosieve kracht, bewogenheid, emotionele diepgang) van het Hagen Quartett alleen nog maar uitvergroot te worden. Lang geleden dat we dit zo indrukwekkend op cd gehoord hebben! - Bart Tijskens

www.resmusica.com 20/04/2013: Intégrale des Quatuors à cordes de Beethoven
Quatuor n° 15 - …Une pulsion irrésistible se dégage surtout des mouvements rapides, joués souvent avec une extrême vélocité. …Seuls les meilleurs quatuors réussissent à relever un tel défi technique et à le transformer en un atout artistique audacieux. …,on entend le mouvement central « Molto adagio » plein de sérénité, et un magnifique changement de sonorité à la fin du finale.
Le troisième « Razoumovski » (op. 59-3) est admirablement interprété : le premier mouvement avec entrain, le trio du « Menuet » assez rapide et le finale avec une énergie juvénile étonnante.
Treizième Quatuor - …tout ce qui ce qui a été entendu au cours de ces trois concerts convergeat vers la Grande Fugue, si magistrale, si grandiose et si dense. Les mots manquent pour exprimer cette expérience d’émotion intense et d’excitation devant une telle immensité. Il ne nous reste qu’à attendre avec impatience la seconde partie, en décembre. - Victoria Okada

www.diapasonmag.fr 16/04/2013: Beethoven par le Quatuor Hagen
Quatuor 15e - Quelle perfection instrumentale, quel niveau d’exigence et quelle prise de risque dans la dynamique de nuances et dans les tempos !  …Capables de suspendre le souffle d’une salle entière par des pianissimos à la limite de l’audible, puis de l’entraîner dans l’ivresse de leurs élans, les quatre musiciens démontrent une fois encore l’osmose surnaturelle qu’est la leur.
Avec une cohésion suprême des timbres comme des longueurs d’archet ou des vibratos, une dynamique envoûtante et une attention aux moindres détails du texte, leur prise à bras le corps de l’Opus 95 est un moment de légende.
…A côté de deux Razoumovski magistraux, le 6e de l’Opus 18 démontre une maîtrise vertigineuse. L’Opus 130, avec sa « Grande Fugue » tendue à l’extrême en guise de finale, conclut en forme d’apothéose. A ce niveau d’exigence et de pensée, les Hagen sont seuls sur le toit du monde. On n’en sort pas indemne. - Jean-Michel Molkhou

www.laprovence.com 13/01/2013: La modernité du quatuor Hagen pour Beethoven
…Leur interprétation est d'une belle densité avec une approche moderne très personnelle qui actualise la musique de Beethoven. Attaques lumineuses, regards complices, précision chirurgicale et grande musicalité : on atteint des sommets. Rien n'est laissé au hasard, tout s'enchaîne, s'imbrique pour faire frémir de plaisir l'auditoire. La musique a des couleurs, du volume, et développe des nuances parfois surprenantes au sein d'une architecture bien établie.
Les violons de Lukas Hagen et Rainer Schmidt savent être aériens, la profondeur de l'alto de Veronika Hagen est idéale et le violoncelle de Clémens Hagen d'une émouvante beauté. Le deuxième mouvement du "Razumovski" est, entre autres, un énorme moment de musique. Hagen s'est arrêté à Aix. Il fallait y être. Nous y étions et c'est tant mieux. - Michel Egea

www.klassiek-centraal.be 14/10/2012 : Soeverein Hagen Quartett
…na meer dan dertig jaar op de bühne, neemt het samenspel van dit wereldvermaarde ensemble zowaar mythische proporties aan. Beethoven D-groot (nr. 3) en A-groot (nr. 5) - …Hun ongekunstelde aanpak dwingt tot luisteren….. Het resultaat is transparant  en uiterst gevoelvol. …In beide werken wordt daarentegen een doordachte spanningsboog neergezet en naar een expressieve climax toegewerkt. Beethoven opus 127 in Es-groot - …De Hagens charmeren in dit openingsdeel met de veelzeggende manier waarop ze de contrasten in deze muziek inkleuren. Door de versmelting van de timbres – vooral het resultaat van een uitstekende timing – wordt het trage tweede deel een lang uitgesponnen, hemelse meditatie. De gevatte intonatie in de fascinerende rollercoaster die het grillig-moderne scherzo is, plaatst de toehoorders weliswaar terug met beide voeten op de grond én op het puntje van hun stoel. In het afsluitende allegro viert de verfijning nog een laatste maal hoogtij.
…Door de feilloze techniek van elk der leden, het sublieme samenspel én de sierlijkheid  mag dit viertal zonder blozen het FC Barcelona van de strijkkwartetensembles genoemd worden. Soeverein, want schijnbaar moeiteloos, werden de hoge verwachtingen overtroffen. Deze inkijk in Beethovens oeuvre was genieten van puur muziek. - Tim De Backer

www.kwadratuur.be 6/10/2012 : Kamermuziek als glanzend marmer
Wie het Hagen Quartett bezig hoorde in de Gentse Miryzaal op 4 oktober zal het bevestigen: de noblesse en absolute vanzelfsprekendheid van hun samenspel in een zoektocht naar de absolute schoonheid lonen nog steeds. Geen grote gestes, maar een aristocratische speelhouding; geen hardheid of expressieve overdrijvingen, maar een gepolijst klankbeeld en evenwicht. Wat Goethe zei over het strijkkwartet, dat hem deed denken aan een goed gesprek tussen vier intelligente mensen, lijkt op het lijf geschreven van de Hagens. Goed voor superieure kamermuziek in ijzersterk repertoire. Bril af en diepe buiging! …De intuïtief doorvoelde muzikale lijn verbond zich met een weten in de muziek tot een absolute topuitvoering. …. het Hagen Quartett staat als een huis. Wat? Een marmerglanzend-klassieke tempel. - Hildegart Maertens

 

 

top